Cet article date de plus de quatre ans.

Belgique : deux policières attaquées à la machette à Charleroi

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Belgique : deux policières attaquées à la machette à Charleroi
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Une attaque peut-être à caractère terroriste. Deux policières ont été attaquées ce samedi 6 août après-midi à la machette à Charleroi en Belgique. L'une des deux est grièvement blessée au visage. L'agresseur aurait crié "Allahu Akbar".

À droite des ambulances, le personnel médical tente de réanimer l'assaillant. Il vient d'être touché par les balles d'une policière. Il mourra quelques heures plus tard à l'hôpital. Il est 15h58 ce samedi 6 août à Charleroi (Belgique) quand l'individu se présente à l'entrée du commissariat principal. Il sort une machette de son sac de sport. Selon la police, il crie "Allahu Akbar" : "Dieu est grand". Il porte dans le même temps des coups avec sa machette aux deux policières qui sont de faction. 

L'agresseur non identifié 

Une troisième policière sort son arme et tire sur l'assaillant. Les deux policières sont blessées, mais leur état n'inspire plus d'inquiétude ce soir. L'attaque s'est produite en plein cœur de la ville de Charleroi situé à une cinquantaine de kilomètres de la frontière française. Aussitôt, Charles Michel, le Premier ministre belge, a condamné l'attaque, mais il n’évoque pas pour l'instant la piste terroriste même si la cible et le mode opératoire ne laissent guère de doutes.
 
"Pour l'instant aucune information ne filtre sur l’identité ni sur les motivations de l'agresseur. On sait que l'enquête vient de commencer. C'est le parquet fédéral qui reprend l'enquête ce qui signifie que la piste terroriste est largement étudiée", explique Barbara Six en direct de Charleroi. Elle ajoute que "sur place, une reconstitution est en cours. La Belgique étudie en ce moment même la possibilité de relever son niveau de menace terroriste. Il est actuellement de trois sur quatre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.