VIDEO. Réunion de crise à Bruxelles suite aux nouveaux bombardements en Ukraine

Les 28 membres de l'Union européenne étaient réunis ce jeudi 29 janvier à Bruxelles pour discuter des sanctions à l'encontre de personnalités russes.

FRANCE 3

Une réunion de crise liée aux bombardements sanglants sur la ville ukrainienne de Marioupol s'est déroulée ce jeudi 29 janvier dans la soirée à Bruxelles. Au coeur du débat, les sanctions infligées aux personnalités russes qui alimentent les affrontements en Ukraine. Trente civils, femmes et enfants, ont été tués il y a quelques jours à Marioupol . Les Européens exigent un cessez-le-feu, et veulent étendre leur liste noire. "Aujourd'hui, nous allons renforcer les sanctions individuelles vis-à-vis de ceux qui continuent à utiliser la force armée, à mettre en péril la paix, à provoquer des victimes (...) Cela doit cesser", a déclaré au micro de France 3, Harlem Désir.

Prolonger les sanctions

Nikos Kotzias, nouveau ministre grec, suspecté de sympathie prorusse et de tiédeur sur les sanctions, a souhaité mettre les choses au clair : "La Grèce veut travailler pour restaurer la paix et la stabilité en Ukraine et éviter une fracture entre l'Union européenne et la Russie". Face à l'escalade des violences, les Européens s'efforcent d'afficher leur unité. "Les Européens ont décidé de prolonger les sanctions existantes et d'ajouter de nouveaux noms. Un accord à minima qui masque leur désarroi face à Poutine", confie le journaliste de France 3, Pascal Verdeau.

Le JT
Les autres sujets du JT
La somme réclamée par Bruxelles correspond à environ 2% des quelque 40 milliards d\'euros perçus par la France dans le cadre de la PAC pour la période 2008-2012.
La somme réclamée par Bruxelles correspond à environ 2% des quelque 40 milliards d'euros perçus par la France dans le cadre de la PAC pour la période 2008-2012. (MAXPPP)