Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Crise Russie-Ukraine : "Je ne pense pas que les Russes s'arrêtent là", affirme le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur franceinfo

Publié Mis à jour
REPLAY - Regardez l'interview de Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, sur la situation en Ukraine
REPLAY - Regardez l'interview de Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, sur la situation en Ukraine REPLAY - Regardez l'interview de Josep Borrell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, sur la situation en Ukraine
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité était l'invité de franceinfo mardi après-midi.

"C'est un jour noir et triste pour l'histoire de l'Europe", a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Invité sur franceinfo mardi 22 février, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères a évoqué les sanctions prévues par l'Union européenne contre la Russie, après que Moscou a reconnu l'indépendance des territoires séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine.

>> Crise Ukraine-Russie : suivez les dernières informations dans notre Direct

Le diplomate a notamment annoncé "des sanctions personnelles, qui vont toucher les responsables des décisions prises, les parlementaires russes" qui ont participé à reconnaître l'indépendance des territoires prorusses de Donetsk et Lougansk. Seront également ciblés "les responsables du secteur militaire" et "des institutions financières bancaires russes".

Josep Borrell ne s'est pas montré optimiste sur la suite des événements. "Cela m'étonnerait beaucoup que tout s'arrête là", a-t-il poursuivi, ajoutant que "s'il y a une annexion, il y aura d'autres sanctions", mais que la diplomatie "va continuer d'une façon ou d'une autre". Les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont ensuite réunis à Paris, avant la présentation du détail des sanctions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.