Cet article date de plus de sept ans.

Ukraine : une manifestante raconte sa surprenante romance avec un policier

Invitée en direct à la télévision pour raconter leur histoire d'amour devenue virale en Ukraine, Lidia Pankiv en a profité pour dénoncer la violence à l'égard des protestataires.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants déposent des fleurs et des bougies à proximité des barricades à Kiev (Ukraine), le 24 février 2014. (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

Ils avaient tout pour s'opposer, et pourtant. Les médias ukrainiens racontent l'histoire d'amour qui s'est nouée entre Lidia Pankiv, une journaliste et manifestante de 24 ans, et un policier qui lui a fait face au cours du mouvement de protestation de ces dernières semaines.

Le 11 décembre, après que la police a démoli les barricades installées à proximité des bâtiments officiels, la jeune femme a reçu un texto, racontait-elle à l'époque au Kyiv Post (en anglais). "Je me souviens de ton numéro, pas de ton nom. J'étais en face de toi avec un bouclier, écrit son admirateur. J'ai réalisé que je voulais t'épouser."

L'homme avait entendu Lidia donner son numéro à un ami. "D'abord il te faudra baisser ton bouclier", a-t-elle répondu à l'auteur du message. A l'époque, son cœur est déjà pris, expliquait le Kyiv Post. Cela n'a pas empêché la jeune femme de revoir le policier, qui avait été surpris par son courage, explique Foreign Policy (en anglais).

"J'ai appris à le détester"

Vendredi 21 février, Lidia devait raconter cette belle histoire d'amour sur une chaîne de télévision pro-gouvernementale, mais elle a tenu un tout autre discours après les nombreux morts de la veille. "C'est vrai que je suis tombée amoureuse du policier que j'ai rencontré", a-t-elle expliqué face aux caméras, rapporte le Daily Mail (en anglais). "Vous voulez probablement entendre comment il est tombé amoureux de moi et comment je suis tombée amoureuse de lui, mais non, j'ai appris à le détester." Et Lidia Pankiv de préciser qu'elle déteste le président déchu Ianoukovitch, l'ex-Premier ministre Azarov et "tous ceux qui appliquent leurs ordres criminels".

Invitée en direct pour commenter sa romance virale, la jeune femme a finalement profité de cette tribune pour dénoncer la couverture des manifestations par la chaîne de télévision, explique Foreign Policy. Lidia a ensuite exhibé des photos pour démontrer la brutalité des policiers face aux protestataires. "Je veux que mes amis morts vous hantent dans vos rêves", a-t-elle lancé, avant de quitter le studio.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.