Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : Moscou menace de frapper de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissent des missiles de longue portée à Kiev

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu dimanche que Moscou frapperait de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissaient à l'Ukraine des missiles de longue portée, jugeant que les livraisons actuelles d'armes visaient à "prolonger le conflit".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des immeubles touchés par des frappes russes, à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, le 16 mai 2022.  (FIORA GARENZI / HANS LUCAS / AFP)

Une mise en garde. Vladimir Poutine a prévenu, dimanche 5 juin, que Moscou frapperait de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissaient des missiles de longue portée à l'Ukraine. Si des missiles de longue portée sont livrés à l'Ukraine, "alors nous tirerons les conclusions appropriées et utiliserons nos armes (...) pour frapper des sites que nous n'avons pas visés jusqu'à présent", a déclaré le président russe lors d'une interview à la chaîne de télévision Rossiya-1. Vladimir Poutine a estimé par ailleurs que les livraisons actuelles d'armes visaient à "prolonger le conflit".

>> Guerre en Ukraine : les dernières informations dans notre Direct

En dépit de ces menaces, le Royaume-Uni a annoncé lundi qu'il allait fournir à l'Ukraine des lance-roquettes d'une portée de 80 kilomètres. Ces systèmes de lance-roquettes multiples (M270 MLRS) permettront d'"augmenter significativement les capacités des forces ukrainiennes" face à l'offensive russe, a fait savoir le ministère de la Défense britannique dans un communiqué. "La stratégie de la Russie change, et notre soutien doit changer aussi", a commenté le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, dans un communiqué.  

Des frappes russes sur Kiev dimanche

Plusieurs frappes russes ont visé Kiev dimanche à l'aube, les premières depuis fin avril. Elles ont touché les quartiers de Darnytsky et Dniprovsky, où un blessé a été hospitalisé, selon le maire de Kiev Vitali Klitschko et des témoins. Selon les forces aériennes ukrainiennes, plusieurs missiles de croisière ont été tirés en direction de Kiev par des avions russes TU-95 basés dans la mer Caspienne dont un a été détruit.

Des infrastructures ferroviaires ont été visées, selon diverses sources ukrainiennes, notamment de la société de chemins de fer Ukrzaliznytsia. Enfin, Moscou a affirmé avoir détruit des chars livrés par des pays d'Europe de l'Est. "Des missiles de haute précision et de longue portée tirés (...) sur la banlieue de Kiev ont détruit des chars T-72 fournis par des pays d'Europe de l'Est et d'autres blindés qui se trouvaient dans des hangars", a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

La société ukrainienne Energoatom, qui gère les centrales nucléaires du pays, a pour sa part déclaré qu'un missile avait volé à un "niveau extrêmement bas au-dessus de la centrale Pivdenno-Ukraïnska", dans la région de Mykolaïv, dans le sud du pays, dénonçant "un acte de terrorisme nucléaire". "Ce missile a probablement été tiré en direction de Kiev", selon Energoatom.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.