Cet article date de plus d'un an.

Ukraine : le président Zelensky réclame un "tribunal spécial" à La Haye sur l'invasion russe

"Les institutions judiciaires actuelles ne peuvent traduire en justice tous les coupables", a estimé Volodymyr Zelensky, lors d'une conférence internationale sur les crimes de guerre en Ukraine.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Volodymyr Zelensky dlors d'une conférence de presse, le 11 juillet 2022, à Kiev en Ukraine. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

Volodymyr Zelensky en appelle à la justice internationale. Le président ukrainien a demandé, jeudi 14 juillet, la mise en place d'un "tribunal spécial" pour enquêter sur l'invasion russe, en s'adressant à une conférence internationale sur les crimes de guerre en Ukraine organisée à La Haye (Pays-Bas).

"Les institutions judiciaires actuelles ne peuvent traduire en justice tous les coupables. En conséquence, il faut un tribunal spécial pour juger les crimes de l'agression russe contre l'Ukraine", a expliqué Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée à la conférence. Des responsables politiques, diplomatiques et judiciaires venus du monde entier étaient rassemblés jeudi à La Haye, siège de la justice internationale, pour une conférence sur la responsabilité pour les crimes commis en Ukraine depuis le 24 février.

"Un point très valable"

Organisé par la Cour pénale internationale (CPI) la Commission européenne et les Pays-Bas, l'événement visait à assurer que les crimes commis depuis l'invasion russe "ne restent pas impunis". Le procureur de la CPI Karim Khan a ouvert début mars une enquête sur de possibles crimes de guerre commis en Ukraine, après avoir reçu le feu vert de 43 Etats.

Mais cette cour, qui poursuit depuis vingt ans les auteurs des pires atrocités dans le monde, ne peut pas poursuivre le crime d'agression si le pays n'a pas ratifié le Statut de Rome, ce qui est le cas de la Russie et de l'Ukraine. La question d'un tribunal spécial est donc "un point très valable", a déclaré Wopke Hoekstra, ministre néerlandais des Affaires étrangères, devant les journalistes à l'issue de la conférence. "Je pense que la question mérite d'être étudiée." Il a concédé toutefois que cela "ne sera probablement pas facile".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.