Cet article date de plus de sept ans.

Ukraine : le conflit dans l'Est force des centaines de milliers de personnes à l'exil

Kiev a reconnu que 117 000 habitants de l'est du pays avaient fui leur domicile, notamment pour se réfugier en Russie. Un chiffre sans doute largement sous-évalué.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des familles de la région de Donetsk (est de l'Ukraine) s'exilent vers la Russie, le 16 juillet 2014. (MIKHAIL VOSKRESENSKIY / RIA NOVOSTI / AFP)

Les populations de l'est de l'Ukraine fuient les combats. Au moins 285 000 d'entre elles ont quitté leur foyer, a annoncé, mardi 5 août à Genève (Suisse), un responsable de l'ONU. Selon lui, une intensification des combats pourrait déclencher un "exode massif". Les autorités locales ukrainiennes ont pour le moment enregistré 117 000 personnes en provenance de ces régions, a précisé le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) de l'ONU.

Mais pour Vincent Cochetel, directeur du bureau européen du HCR, "il s'agit d'estimations basses dans la mesure où la plupart des hommes qui fuient ne s'enregistrent pas de peur d'être enrôlés dans l'armée ukrainienne et renvoyés dans la zone du conflit". Le chiffre de 285 000 personnes déplacées fait toutefois apparaître une hausse de 24% par rapport à l'estimation donnée le mois dernier.

Près de 1 200 nouveaux exilés chaque jour

"Selon les autorités russes, et nous pensons que leur chiffre est crédible, il y a environ 730 000 Ukrainiens qui sont passés en Russie depuis le début de l'année", a déclaré Vincent Cochetel. "Nous ne les considérons pas tous comme des réfugiés, 168 000 ont requis des statuts privilégiés, dont celui de réfugié, mais il ne s'agit pas de touristes. Parfois ils traversent la frontière à pied, avec seulement des sacs en plastique comme seul bagage", a ajouté le responsable du HCR.

Selon la Russie, 87% de ceux qui ont fui les violences sont originaires des zones rebelles de Donetsk et de Lougansk, les autres habitaient en Crimée, presqu'île rattachée par Moscou en mars. L'exode s'est intensifié ces deux dernières semaines avec, en moyenne, 1 200 personnes quittant les zones de combat chaque jour.

Si les combats devaient s'étendre au centre de la ville de Donetsk, qui compte 1 million d'habitants, "des combats dans une zone de forte densité urbaine pourraient provoquer un exode et des destructions massifs", a averti ce responsable des Nations unies.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.