Cet article date de plus de huit ans.

Ukraine : deux morts dans une fusillade entre pro-russes et nationalistes

Ils ont été tués dans l'est de l'Ukraine, à Kharkiv.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un garde-frontière ukrainien à Kharkiv, le 6 mars 2014. (SERGEY BOBOK / AFP)

Les tensions sont très vives en Ukraine. Deux personnes, un militant pro-russe et un passant, ont été tuées dans la nuit de vendredi 14 à samedi 15 mars à Kharkiv, dans l'est du pays. Elles ont été victimes d'une fusillade impliquant nationalistes radicaux et militants pro-russes.

Les militants pro-russes ont tenté d'entrer dans un bâtiment où se trouvait un groupe de personnes qu'ils soupçonnaient d'avoir tiré vendredi soir sur des manifestants pro-russes, selon une source au sein de la police. Elle a précisé que ce sont les occupants du bâtiment qui ont ouvert le feu, sans indiquer si les pro-russes avaient riposté. Cinq personnes ont été blessées, dont un policier, grièvement atteint.

Prise d'otage

D'après la première reconstitution des faits, dans la soirée les manifestants pro-russes rassemblés sur la place Svoboda dans le centre de Kharkiv ont été la cible de tirs depuis une voiture. La voiture aurait été ensuite suivie par les pro-russes qui ont affirmé que ses passagers avaient rejoint un bâtiment abritant notamment les locaux d'un groupe radical de droite, les Patriotes de l'Ukraine. Lorsque les militants pro-russes ont tenté d'y entrer en force, les occupants ont ouvert le feu.

Les forces de l'ordre sont arrivées rapidement sur les lieux et un siège de plusieurs heures a suivi, pendant lequel les assiégés, environ une trentaine d'hommes, ont pris trois otages, deux gardes présents dans le bâtiment, qui abritent aussi des bureaux, et un policier entré pour engager des pourparlers. Ils ont fini par relâcher leurs otages et rendre leurs armes, avant de sortir et d'être interpellés par la police.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.