Ukraine : après la diffusion d'une vidéo montrant une scène de décapitation, Volodymyr Zelensky dénonce des "monstres", l'ONU se dit "horrifiée"

La vidéo, publiée sur les réseaux sociaux, montre la décapitation d'un prisonnier de guerre ukrainien présumé par des hommes parlant russe.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Message posté par Volodymyr Zelensky mercredi 12 avril où il dénonce une vidéo montrant la décapitation d'un prisonnier ukrainien présumé. (CAPTURE D'ECRAN)

Volodymyr Zelensky a très vite réagi. La vidéo qui montre la décapitation au couteau d'un prisonnier de guerre ukrainien présumé est apparue mardi 11 avril sur des chaînes Telegram russes. À 10h30 mercredi, le président ukrainien a saisi son téléphone portable et, l'air fatigué, la voix grave, il a posté une déclaration sur ses réseaux sociaux. "Personne ne doit ignorer comment ces bêtes tuent facilement. Cette vidéo de l'exécution d'un prisonnier ukrainien, le monde doit ouvrir les yeux. Cette vidéo montre les Russes tels qu'ils sont."

>> Guerre en Ukraine : suivez notre direct

Pendant un peu plus d'une minute, sur cette vidéo, on voit un homme en uniforme agoniser. Brassard jaune de l'armée ukrainienne sur le bras, il est allongé sur le sol d'une forêt. Un autre, en uniforme camouflage, parle russe. Couteau à la main, il lui tranche le cou avant de montrer la tête tranchée à la caméra. Aucun élément ne permet de déterminer où et quand elle a pu être filmée.

Kiev a lancé une enquête préliminaire pour dater et authentifier la vidéo et les autorités ont indiqué chercher à identifier la victime. De son côté, le Kremlin a appelé à vérifier l'"authenticité" de cette vidéo via le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, qui parle "d'images horribles".

L'ONU réclame "une enquête réelle"

La mission de l'ONU pour les droits humains en Ukraine s'est dite "horrifiée". Elle évoque aussi une seconde vidéo montrant "les corps mutilés, apparemment de prisonniers de guerre ukrainiens", et appelle en conséquence à ce que "ces incidents fassent l'objet d'une enquête réelle et que les auteurs rendent des comptes". Même message du côté de l'Union européenne : l'UE demandera "des comptes à tous les auteurs et complices de crimes de guerre" en Ukraine, a déclaré mercredi Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

Début mars, une vidéo d'un prisonnier ukrainien assassiné à bout portant a été largement diffusée sur Internet. Dans un premier temps, le ministère de la Défense a identifié un soldat Tymofiï Chadoura avant de faire marche arrière quelques jours plus tard. Il s'agissait d'un autre militaire, Oleksandr Matsiyevski.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.