Cet article date de plus d'un an.

Russie : la détention du journaliste américain Evan Gershkovich prolongée jusqu'au 30 août

Le journaliste du "Wall Street Journal" a été arrêté en mars. Il est accusé d'espionnage, ce qu'il dément.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le journaliste américain Evan Gershkovich, le 18 avril 2023 à Moscou (Russie). (NATALIA KOLESNIKOVA / AFP)

Evan Gershkovich reste en prison. Un tribunal russe a prolongé, mardi 23 mai, jusqu'au 30 août la détention provisoire du journaliste américain du Wall Street Journal, arrêté en mars pour des accusations d'"espionnage" qu'il rejette. "Le tribunal a accepté la requête des enquêteurs de prolonger la mesure préventive sous forme de détention jusqu'au 30 août", a précisé la cour, citée par les agences de presse russes. Cette décision correspond à ce que demandaient les services de sécurité russes (FSB).

Le Kremlin affirme qu'Evan Gershkovich a été interpellé en "flagrant délit", sans avancer de preuves, le dossier étant classé secret. Il est notamment accusé d'avoir recueilli des informations sur l'industrie de la défense russe. Evan Gershkovich, sa famille, son employeur le Wall Street Journal et les autorités américaines rejettent catégoriquement ces accusations passibles de 20 ans de prison.

Le premier journaliste étranger emprisonné depuis la chute de l'URSS

Evan Gershkovich, qui a travaillé auparavant pour l'AFP à Moscou, est le premier journaliste étranger arrêté en Russie pour "espionnage" depuis la chute de l'Union soviétique. Il se trouve actuellement dans la prison moscovite de Lefortovo.

Son arrestation s'inscrit dans le contexte des graves tensions diplomatiques entre les Etats-Unis et la Russie provoquées par le conflit en Ukraine, où Washington soutient Kiev militairement et financièrement face à Moscou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.