Cet article date de plus d'un an.

Retrait des troupes russes de Kherson : les Ukrainiens craignent "une ruse" et restent "prudents", analyse une spécialiste de la géopolitique russe

Moscou a ordonné, mercredi, le retrait des forces russes de la rive droite du fleuve Dniepr dans la région ukrainienne de Kherson.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une vieille femme marche dans un village de la région de Kherson autrefois occupé par les forces russes, le 3 novembre 2022. Photo d'illustration. (BULENT KILIC / AFP)

D'après Carole Grimaud, spécialiste de la géopolitique russe, les Ukrainiens se méfient de l'annonce faite par la Russie mercredi 9 novembre de retirer ses troupes de la ville de Kherson. L'enseignante à l’université de Montpellier estime sur franceinfo que les Ukrainiens craignent "une ruse" et restent donc "très prudents sur ce retrait".

>> Guerre en Ukraine : suivez les derniers événements dans notre direct

La ville de Kherson, conquise en mars 2022 par les troupes russes, constituait la principale prise de guerre de Moscou depuis le début du conflit. Carole Grimaud parle d'ailleurs de prise "stratégique" pour la Russie qui "devait représenter la tête de pont pour conquérir Mikolaïv, pour conquérir Odessa". Le retrait des troupes "marque donc un coup dans cet objectif-là".

franceinfo : Cette annonce du retrait de Kherson est très importante puisque la ville représentait un symbole fort pour la Russie. Selon vous, s'agit-il d'un bluff ou d'une vraie retraite ?

Carole Grimaud : La partie ukrainienne est réservée sur cette décision. Elle suspecte une feinte de la part des Russes pour masquer les troupes russes qui seraient restées dans la ville, qui auraient endossé des vêtements civils, qui se seraient postées sur les toits prêtes à une guerre urbaine.

"C'est une stratégie qui s'est vue dans plusieurs guerres qu'ont menées les Russes comme en Syrie par exemple."

Carole Grimaud, spécialiste de la géopolitique russe

à franceinfo

Les Ukrainiens comprennent cela et pensent que ça peut être une ruse, ils sont donc très prudents sur ce retrait. Ils scrutent les images de près pour voir si effectivement il est efficace.

Il y avait quelques signes ces derniers jours, est-ce qu'on pouvait pour autant s'attendre à cette annonce ?

Elle n'était pas vraiment attendue même si effectivement des annonces avaient été faites en ce sens par les généraux. C'est donc une surprise parce que les soldats ne s'y attendaient certainement pas. Les signes en revanche oui étaient là : les drapeaux avaient disparu, il y avait eu l'évacuation des civils, les vols commis également dans les maisons abandonnées, etc. Tout cela montrait que les soldats s'apprêtaient à quitter le terrain.

Est-ce qu'il peut y avoir du côté de Moscou une crainte de voir l'offensive ukrainienne aller jusqu'en Crimée, ce qui expliquerait ce repli pour protéger l'accès à cette région-là ?

Kherson était effectivement stratégique pour la Russie. Elle devait représenter la tête de pont pour conquérir Mikolaïv, pour conquérir Odessa, ce que les Russes ne sont pas parvenus à faire après ces huit mois de guerre. Le retrait de Kherson marque un coup dans cet objectif-là. En attendant, les annonces dans les médias russes ne montrent pas du tout une défaite mais plutôt une pause dans une continuité de cette guerre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.