Cet article date de plus d'un an.

Reportage Coupe du monde 2022 : malgré l'élimination de l'Ukraine, "ce match nous a soudés encore un peu plus", assurent les supporters

Portés par tout un peuple et un élan de sympathie international en pleine invasion russe, les bleu et jaune ne verront finalement pas le Mondial au Qatar. Mais l'important n'est pas là : pendant une soirée, ce match de foot a fait oublier la guerre.

Article rédigé par franceinfo - Boris Loumagne - Eric Audra - Jean-Sébastien Soldaïni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des supporters ukrainiens présents au Cardiff City Stadium, lors de la finale du barrage pour le Mondial 2022, entre le pays de Galles et l'Ukraine, le 5 juin 2022. (PAUL ELLIS / AFP)

Ils étaient soutenus par tout un pays, mais ça n’aura pas suffi. Les footballeurs ukrainiens se sont inclinés à Cardiff face aux Pays de Galles (1-0), dimanche 5 juin. L’Ukraine n’ira donc pas à la Coupe du monde au Qatar.

>> Guerre en Ukraine : suivez l'évolution de la situation en direct

Sur la pelouse du Cardiff City Stadium, un coup franc de la star Gareth Bale, détourné dans ses propres filets par le capitaine Andriy Yarmolenko, a éteint le rêve des Ukrainiens présent dans le stade, comme Kristina. Isolée au milieu d'une marée de Gallois, elle sèche ses larmes : les bleu et jaune ont "perdu avec les honneurs", dit-elle.

"Un jour, on gagnera un trophée bien plus important : cette guerre"

Enveloppée dans son drapeau ukrainien, la jeune femme préfère laisser le sport de côté. "On n'a pas gagné ce match, mais nous sommes toujours fiers d'être là et de les soutenir. Vous savez, parfois, on a besoin de perdre, mais un jour, on gagnera un trophée bien plus important, quand nous gagnerons cette guerre. Je suis sûre qu'on la gagnera !"

Son petit ami, Andreï, regarde lui aussi au-delà du football. Réconforté par de nombreux supporters gallois, il espère que cette rencontre a eu au moins une utilité. "Ce match était un espoir pour toute l'Ukraine. Même nos soldats sur la ligne de front regardent la télé sur leur téléphone portable. Et honnêtement, le match a soudés encore un peu plus les Ukrainiens. Ce n'était tout simplement pas notre jour", regrette-t-il.

"Vivre chaque moment comme si c’était le dernier"

À des milliers de kilomètres de là, malgré la défaite, dans les rues de Kiev, les supporters ont eux aussi préféré retenir les aspects positifs de la soirée. On a pu entendre des applaudissements et des slogans patriotiques à la fin du match, malgré la défaite. Garder la tête haute, c’est capital en ce moment, selon Marc, qui a passé sa soirée entre amis devant un écran géant. "J’espère… Non ! Je suis sûr que cette défaite ne va pas nous démoraliser et que l’on va se concentrer sur notre victoire sur le front !", assure-t-il. 

Les habitants de Kiev se sont réunis dans des bars et restaurants pour le match, dimanche 5 juin, avant de devoir rentrer chez eux rapidement en raison du couvre-feu en place. (ERIC AUDRA / RADIOFRANCE)

Marc est pourtant mobilisable : à tout instant, il peut rejoindre les rangs de l’armée. Cette soirée de foot a été pour lui une respiration, et il a voulu en profiter au maximum. Tant pis pour la défaite de son équipe. "C’est important de vivre chaque moment comme si c’était le dernier. Du jour au lendemain, on peut m’appeler et me demander de rejoindre le front. Donc chaque jour, chaque moment, sont importants. Et ce soir, c’est peut être ma dernière soirée dans ma ville."

Et puis, cette soirée foot, bière et terrasse, pour beaucoup d'habitants de Kiev, cela rappelle la vie d’avant le conflit avec la Russie. Michalo, 23 ans, sait à qui il doit tout cela : "Sortir dans un bar, regarder le football, mener une vie presque normale... Pour ça, on doit remercier nos hommes et nos femmes sur le front. Ils luttent pour nous et c’est grâce à leur résistance que l’on peut avoir tout ça." Une soirée plaisante, entre amis, même si à cause du couvre-feu en place à Kiev, les supporters ont dû vite rentrer chez eux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.