Rébellion de Wagner : le coup de pression d’Evgueni Prigojine

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Rébellion de Wagner : le coup de pression d’Evgueni Prigojine -
Rébellion de Wagner : le coup de pression d’Evgueni Prigojine Rébellion de Wagner : le coup de pression d’Evgueni Prigojine - (France 2)
Article rédigé par France 2 - H.Puffeney, J.Laurent-Kaysen, @RevelateursFTV, Y.Kadouch
France Télévisions
France 2
Le leader de la milice Wagner, Evgueni Prigojine, a décidé d’engager ses troupes dans une insurrection armée contre le pouvoir militaire en place en Russie. En fin d’après-midi, samedi 24 juin, il a décidé de stopper son opération.

Sa rébellion aura duré moins de 24 beures. Evgueni Prigojine annonce, en début de soirée, samedi 24 juin, que ses hommes cessent leur marche sur Moscou (Russie) et retournent sur le champ de bataille. Dans la matinée à Rostov (Russie), des chars ont envahi les rues et des bâtiments publics. Le groupe Wagner dit avoir pris possession de la ville sans un seul coup de feu. Une partie de la population a tenté de fuir. Les trains ont été pris d’assaut, alors que des soldats de Wagner roulaient vers Moscou. 

Moscou s’est barricadée 

Selon plusieurs témoins, des affrontements auraient éclaté. Sur la route, des barrages improvisés, formés de camions remplis de sable, ont été forcés. Pour stopper la progression des rebelles, des tranchées ont été creusées à la hâte dans la chaussée, au milieu des autoroutes. Moscou s’est barricadée, cernée par les militaires et des dizaines de checkpoints. "Pourvu que ça n’arrive pas jusqu’ici", confiait dans la journée une habitante. L’arrêt de la mutinerie a d’abord été annoncé par le président biélorusse. Dans la soirée, les coulisses du revirement sont encore inconnues. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.