Cet article date de plus de six ans.

La France reporte "jusqu'à nouvel ordre" la livraison du premier navire Mistral à la Russie

Dans un communiqué, l'Elysée annonce que la situation en Ukraine "ne permet toujours pas" à la France de livrer ses bâtiments de guerre à Moscou.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le "Vladivostok", porte-hélicoptères de classe Mistral, dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 9 mai 2014. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

"Toujours pas." Dans un communiqué diffusé mardi 25 novembre, l'Elysée annonce que la France reporte de nouveau la livraison du premier navire Mistral à la Russie, en raison de la situation dans l'est de l'Ukraine. Les autorités françaises avaient annoncé qu'elles prendraient leur décision avant fin novembre. 

La Russie ne va pas "pour l'instant" poursuivre en justice la France, a immédiatement déclaré le vice-ministre russe de la Défense, Iouri Borissov. Et d'affirmer : "Nous allons attendre avec patience." 

Un ultimatum lancé à la France le 14 novembre

"Le président de la République considère que la situation actuelle dans l’est de l’Ukraine ne permet toujours pas la livraison du premier BPC [bâtiments de projection et de commandement Mistral], indique le communiqué. Il a donc estimé qu’il convenait de surseoir, jusqu’à nouvel ordre, à l’examen de la demande d’autorisation nécessaire à l’exportation du premier BPC à la Fédération de Russie."

Le 14 novembre, Moscou avait lancé un ultimatum à Paris menaçant de présenter de "sérieuses réclamations" financières en cas de non respect du contrat.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.