Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine prévient qu'une zone d'exclusion aérienne ferait des pays impliqués des co-belligérants

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a vivement critiqué, vendredi, le refus de l'Otan de mettre en place une zone d'exclusion aérienne en Ukraine, qui permettrait l'arrêt des bombardements aériens russes sur le pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un avion militaire russe près de l'Ukraine, le 27 février 2022. (STRINGER / AFP)

Le président russe, Vladimir Poutine, a souligné, samedi 5 mars, que la Russie considérerait comme co-belligérant tout pays tentant d'imposer une zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'UkraineLe président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a vivement critiqué vendredi le refus de l'Otan de mettre en place cette zone d'exclusion aérienne en Ukraine, qui permettrait l'arrêt des bombardements aériens russes sur le pays.

"Nous entendons qu'il serait nécessaire de mettre en place une zone d'exclusion aérienne au-dessus du territoire ukrainien. Mais il est impossible de faire cela depuis le territoire ukrainien, c'est seulement possible de le faire depuis le territoire de pays voisins", a déclaré Vladimir Poutine. Mais toute mesure en ce sens serait considérée par Moscou "comme une participation au conflit armé de tout pays" dont le territoire serait utilisé pour "créer une menace envers nos militaires", a-t-il ajouté.

Les pays occidentaux refusent d'accéder à cette requête de l'Ukraine, qui ne pourrait être mise en œuvre que par les armes (notamment par l'intervention d'avions de combat occidentaux. Cela entraînerait en effet un risque majeur de conflit direct avec la Russie, dont des militaires interviennent en Ukraine depuis le 24 février. L'armée de l'air russe s'est assurée le contrôle de l'espace aérien du pays en quelques jours, en éliminant en grande partie les installations militaires ukrainiennes. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.