Guerre en Ukraine : une frappe russe fait au moins neuf morts et vingt-neuf blessés dans le sud du pays

Volodymyr Zelensky a une nouvelle fois appelé ses alliés à renforcer les défenses antiaériennes ukrainiennes.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des secouristes sur le site d'une frappe russe à Kryvyï Rih (Ukraine), le 12 juin 2024, sur une photo fournie par les services d'urgences ukrainiens. (UKRAINE EMERGENCY SERVICE / AFP)

Au moins neuf personnes ont été tuées et 29 autres blessées dans une attaque de missiles russes sur Kryvyï Rih, a annoncé sur Telegram le ministre ukrainien de l'Intérieur, mercredi 12 juin. "Tous les services nécessaires travaillent sur place", avait déclaré Volodymyr Zelensky, lui-même originaire de cette ville du sud du pays, un peu plus tôt sur Telegram. Il a publié une vidéo prise par les secouristes sur les lieux, les montrant fouillant les débris encore fumants d'un bâtiment à la recherche de survivants.

Le président ukrainien a, de nouveau, appelé les alliés occidentaux de l'Ukraine à lui livrer de nouveaux systèmes de défense antiaérienne pour parer aux attaques russes. "Les systèmes modernes de défense antiaérienne peuvent assurer une protection maximale des personnes, de nos villes et de nos positions. Nous en avons besoin autant que possible", a martelé Volodymyr Zelensky. Le président ukrainien avait insisté sur cette demande mardi, lors d'un déplacement à Berlin.

Jeudi, Volodymyr Zelensky se rendra au sommet du G7 en Italie, où lui et son homologue américain Joe Biden "signeront un accord bilatéral de sécurité, précisant que notre soutien se poursuivra longtemps à l'avenir", a déclaré Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président des Etats-Unis.

L'Ukraine a été visée dans la nuit de mardi à mercredi par un nouveau barrage de missiles et drones russes, qui ont notamment ciblé la capitale Kiev. La quasi-totalité a été interceptée par la défense antiaérienne, selon les autorités.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.