Guerre en Ukraine : un système de défense sol-air de fabrication franco-italienne livré à Kiev, annonce Emmanuel Macron

La France avait présenté début février la livraison prochaine de cet équipement.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un SAMP/T de défense aérienne et antimissile de moyenne portée stationné au Salon du Bourget, le 19 juin 2023. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Un système de défense sol-air de moyenne portée SAMP/T, de fabrication franco-italienne, a été livré en Ukraine où il est désormais opérationnel, a annoncé, lundi 19 juin, le président Emmanuel Macron, quatre mois après l'avoir promis à Kiev.

Paris avait annoncé début février la livraison de cet équivalent du Patriot. "Je suis heureux de pouvoir vous annoncer avec ma collègue italienne Giorgia Meloni que le SAMP/T franco-italien est désormais déployé et opérationnel en Ukraine, où il protège des installations clés et des vies", a déclaré le chef de l'Etat français dans un discours à Paris sur la défense aérienne et anti-missiles de l'Europe.

"Contrer un vaste éventail de menaces"

Le SAMP/T MAMBA est le premier système antimissiles européen de longue portée. Il est censé aider l'Ukraine à faire face aux attaques de drones, de missiles et d'avions russes. Avec ce système, son radar et ses lanceurs armés de huit missiles Aster d'une portée d'environ 100 km, "nous pouvons contrer un vaste éventail de menaces aériennes : missiles balistiques de courte portée, avions de chasse, hélicoptères, drones et même des salves de missiles de croisière avec des tirs multiples", soulignait en décembre en Roumanie un militaire français.

Kiev réclame depuis des mois le renforcement de sa défense sol-air, en particulier après une vague de frappes russes sur ses infrastructures critiques à l'aide de drones iraniens à l'automne dernier. Un MAMBA avait déjà été déployé en Roumanie pour protéger la région hautement stratégique du port de Constanta, sur la mer Noire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.