Guerre en Ukraine : "Pour continuer à enseigner, on doit corriger le contenu de nos cours", l'étau du Kremlin se resserre sur les universités

Après la presse et la liberté d'expression, l'enseignement supérieur russe passe petit à petit sous contrôle du pouvoir. Les universités, et ce qu'elles enseignent, sont particulièrement surveillées par le Kremlin.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président russe Vladimir Poutine au parlement à Saint-Petersbourg, le 27 avril 2022. (ALEXANDR DEMYANCHUK / SPUTNIK)

La situation est déjà connue en ce qui concerne la presse indépendante et la liberté d'expression. En Russie, ce sont désormais les universités et leurs enseignements qui sont particulièrement surveillées et contrôlées par le pouvoir russe depuis le début de la guerre en Ukraine.

>> "On revient à une forme de contrôle des médias presque totalitaire, comme au temps du stalinisme", s'inquiète Reporters sans frontières

Si l'enseignement supérieur était déjà en partie sous contrôle depuis plusieurs années, il restait encore dans le pays quelques universités dispensant un enseignement qualifié de "'libéral" en Russie, c'est-à-dire des universités alignées sur les valeurs promues dans les universités occidentales en matière de liberté d'expression, de droits humains et d'éthique. 

Des leçons de patriotisme à l'université 

Longtemps, la Higher School of Economics de Moscou a été considérée comme l'une des meilleures, sinon la meilleure université, de Russie. Il s'agissait de l'une des plus libérales en tout cas, avec une vraie liberté d'enseignement. Au lendemain de l'invasion de l'Ukraine, quand son recteur a signé une lettre de soutien au Kremlin, en compagnie de 300 autres présidents d'universités, beaucoup ont compris que les choses allaient changer. Quasiment aussitôt, plusieurs élèves ont alors été convoqués parce qu'ils avaient exprimé leur opposition à la guerre, des professeurs ont été écartés.

"C'est un message à destination de tous les professeurs pour leur dire qu'il faut choisir."

Grégory Youdine, professeur de sociologie à l'HSE de Moscou

à franceinfo

Leçons de "patriotisme"

Grigory Youdine y enseigne la sociologie. Pour lui, le pouvoir a mis la main sur l'enseignement supérieur. "Aujourd'hui, on doit délivrer des leçons qu'on appelle des leçons de patriotisme, explique-t-il. Ces leçons sont tout simplement de la propagande. Pour continuer à enseigner à l'université, il faut corriger le contenu de nos cours", assure-t-il.

La Russie a annoncé il y a quelques jours qu'elle allait quitter le processus de Bologne qui vise à rapprocher les universités européennes. L'enseignement supérieur est particulièrement surveillés ces derniers temps mais la reprise en main concerne tout l'enseignement. D'après une enquête du site Mediazona, les éditeurs de manuels scolaires russes ont reçu la consigne de limiter au maximum toutes les références à l'Ukraine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.