Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : "On risque de voir un nouveau rideau de fer en Europe", redoute le vice-président de la Commission européenne

Alors que les présidents russe et américain doivent s'exprimer sur la guerre en Ukraine ce mardi, Frans Timmermans appelle à soutenir l'Ukraine, pour montrer aux Russes ce que la démocratie européenne pourrait leur offrir.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un Ukrainien circule le 17 février dans Bakhmut, ville du Donbass et disputée entre la Russie et l'Ukraine. (YEVHEN TITOV / ANADOLU AGENCY)

Presque un an après le début de l'invasion russe en Ukraine, "on risque de voir un nouveau rideau de fer en Europe", redoute le vice-président de la Commission européenne, invité de France Inter, mardi 21 février. Frans Timmermans s'attend d'ailleurs à retrouver la même sémantique qu'à l'époque de la Guerre froide, dans les discours prévus par Joe Biden et Vladimir Poutine. Le chef du Kremlin compte s'adresser devant l'élite politique russe, alors que le président américain doit s'exprimer en Pologne, au lendemain de sa visite surprise à Kiev.

Le vice-président de la Commission européenne craint d'ailleurs un discours martial de la part de Vladimir Poutine, qui nie "l'existence même de la nation ukrainienne". Un "nationalisme fulgurant" qui relève, selon Frans Timmermans,"du fascisme". Vladimir Poutine "a vraiment besoin de créer ce sentiment que la Russie est en train de se défendre et d'être attaquée par tout le monde", estime l'élu européen, qui tient à rappeler le degré de censure actuel en Russie. Avec de nombreux citoyens russes contraints de "quitter le pays ou de se taire, car c'est devenu très dangereux de critiquer le président". "Il n'y a pas d'espace pour être en désaccord avec le pouvoir politique, qui est dans les mains d'une personne", regrette Frans Timmermans.

Armer l'Ukraine et offrir aux Russes "une image de développement démocratique"

En aidant l'Ukraine, l'Europe offre aux Russes "une image de développement démocratique qui amène prospérité et liberté", affirme le vice-président de la Commission européenne. Peut-être que d'ici une génération, les Russes se rendront compte que c'est un développement qui pourra aider leur pays aussi." 

Face à cette Russie, qu'il qualifie d'"État totalitaire", Frans Timmermans appelle les Européens à redoubler d'efforts et à continuer à soutenir l'Ukraine. Il estime que si l'on veut "mettre un terme à cette guerre le plus vite possible, il faut armer les Ukrainiens (...), augmenter la production de munitions", "avancer avec la livraison des chars" et donc "s'assurer que les Ukrainiens aient la possibilité de se défendre."

Le vice-président de la Commission européenne a aussi profité de son passage sur France Inter pour avertir la Chine, accusée par le secrétaire d'État américain d'envisager une livraison d'armes à la Russie. "Les informations que nous avons confirment la position d'Antony Blinken", commente Frans Timmermans. L'élu européen aimerait que l'Europe indique "clairement" à la Chine "les implications sérieuses" qu'une telle décision impliquerait. 

"La Chine veut avoir des relations ouvertes avec nous d'un point de vue commercial, sur les investissements et le climat. En livrant des armes aux Russes, toutes ces relations seraient coupées."

Frans Timmermans

sur France Inter

Pour le vice-président de la Commission européenne, si la Chine "veut être utile dans ce conflit, elle doit convaincre Vladimir Poutine de se retirer derrière ses frontières et d'arrêter d'occuper l'Ukraine".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.