Guerre en Ukraine : Moscou n'exclut pas de frapper les instructeurs français qui seraient déployés dans le pays

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, affirme qu'"aucun instructeur s'occupant de la formation des militaires ukrainiens n'a d'immunité".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des soldats ukrainiens formés par des instructeurs français en Pologne, le 4 avril 2024. (WOJTEK RADWANSKI / AFP)

Le Kremlin n'a pas exclu, mardi 4 juin, que les forces russes puissent frapper les instructeurs français, dont l'envoi est actuellement en discussion entre Paris et Kiev. "Aucun instructeur s'occupant de la formation des militaires ukrainiens n'a d'immunité" face aux frappes, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Peu importe qu'ils soient français ou non", a-t-il ajouté. Le président russe, Vladimir Poutine, avait, lui, affirmé le 28 mai que ces instructeurs étaient "déjà là", en Ukraine, "sous l'apparence de mercenaires".

Fin mai, le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Oleksandre Syrsky, a affirmé que la France allait envoyer "prochainement" des instructeurs afin de former les troupes de ce pays qui fait face à une offensive russe depuis février 2022. Le ministère de la Défense ukrainien avait cependant précisé peu après que l'envoi d'instructeurs était "toujours en discussion" avec la France et d'autres pays.

Le projet d'une coalition européenne d'instructeurs militaires en discussion

Le président français Emmanuel Macron a évoqué à plusieurs reprises la possibilité d'envoyer des troupes occidentales pour aider Kiev, suscitant la controverse parmi ses alliés ainsi que la colère de la Russie. Mais officiellement, la France ne dispose pas de militaires assistant ou formant les forces ukrainiennes en Ukraine.

Le projet d'une coalition européenne d'instructeurs militaires pour former les troupes ukrainiennes en Ukraine, souhaité par la France, est discuté entre Européens mais apparaît loin d'être finalisé. De nombreux pays s'interrogent sur ses conséquences vis-à-vis de Moscou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.