Guerre en Ukraine : les familles en deuil enterrent leurs morts

Publié
Guerre en Ukraine : les familles en deuil enterrent leurs morts
FRANCE 2
Article rédigé par
A.Vahramian, S.Yassine, P.Miette, P.Yurov, O.Busko - France 2
France Télévisions

Les forces Russes ont quitté l'île aux serpents, site stratégique de la mer Noire, jeudi 30 juin. Dans l'est du pays, les combats continuent. La ville de Lyssytchansk subit un déluge de bombes, le moral des Ukrainiens est mis à rude épreuve. La plupart des familles sont frappées par le deuil.

En Ukraine, c'est le cimetière des héros. Chaque sépulture a son drapeau. Dans cet océan bleu et jaune, Youlia Voronkova, une jeune veuve, est venue sur une tombe. Celle de son mari, mort d'un éclat d'obus en plein cœur il y a trois mois. "Il était tout pour moi, et j'étais tout pour lui. La guerre, ce sont des morts, mais jamais je n'aurais pensé qu'elle prendrait mon mari", confie-t-elle. Elle avait 20 ans lorsqu'elle l'a rencontré à l'hôpital. Elle était alors infirmière, et lui son patient. Mariés, ils espéraient un enfant pour l'année prochaine.

"L'Ukraine mérite ce sacrifice, mais quelle dureté"

Leur histoire, c'est aussi celle d'une génération d'hommes fauchés par la guerre. "L'Ukraine mérite ce sacrifice, mais quelle dureté. Je crois en notre victoire, le pays doit garder espoir. Mais quant à moi, mon avenir, c'est une autre histoire", poursuit Youlia. L'Ukraine affirme perdre entre 100 et 200 combattants par jour, des hommes entre 20 et 50 ans. À Sloviansk, dans le Donbass (Ukraine), il suffit de lire les dates de naissance sur les tombes pour le confirmer. Dans la matinée du jeudi 30 juin, un jeune homme de 26 ans, orphelin de père et mère, est enterré par ses camarades soldats.

Autour de son cercueil, certains soldats ont tout juste 20 ans. L'aumônier militaire Dionisly est le témoin de cette génération meurtrie. "Ce sont des hommes intelligents, brillants, qui s'en vont. Ceux qui pouvaient rendre notre société meilleure. Nous perdons le cœur de la nation", déplore-t-il.



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.