Guerre en Ukraine : les combats dans l'est du pays ont atteint une "intensité maximale", selon Kiev

Dans certaines régions de l'est de l'Ukraine, où se concentre l'offensive russe depuis plusieurs semaines, "l'ennemi est nettement supérieur, en équipement, en nombre de soldats", a alerté mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des tirs  (ARIS MESSINIS / AFP)

Les combats contre les forces russes dans l'est de l'Ukraine ont atteint une "intensité maximale", a prévenu la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Malyar, jeudi 26 mai. "Une étape longue et extrêmement difficile nous attend", a-t-elle déclaré au cours d'un point presse. 

Dans certaines régions de l'est de l'Ukraine, où se concentre l'offensive russe depuis plusieurs semaines, "l'ennemi est nettement supérieur, en équipement, en nombre de soldats", a alerté mercredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Mais les forces ukrainiennes "résistent à [cette] offensive extrêmement violente", a-t-il ajouté dans son message vidéo quotidien. "Nous avons besoin de l'aide de nos partenaires, et particulièrement d'armes", a plaidé le dirigeant. 

Sept morts à Kharkiv

Les forces russes se rapprochent chaque jour un peu plus de Severodonetsk, bassin minier déjà partiellement occupé par des séparatistes prorusses. Les troupes russes sont assez proches pour pouvoir tirer au mortier sur la ville, a assuré mercredi Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Louhansk.

Par ailleurs, sept personnes ont été tuées dans de nouveaux bombardements russes sur Kharkiv, a annoncé jeudi le gouverneur régional, Oleg Sinegoubov, sur Telegram. "Sept civils ont été tués et 17 blessés dont un enfant de 9 ans", a-t-il précisé. Le précédent bilan faisait état de quatre morts et sept blessés. La deuxième ville d'Ukraine avait entamé un retour à une vie normale mi-mai. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.