Guerre en Ukraine : Zelensky salue "l'importance pour le monde entier" de la poursuite de l'accord céréalier avec la Russie

Le président ukrainien estime par ailleurs que les demandes de garanties formulées par la Russie à l'Ukraine montrent "l'échec de l'agression russe".

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d\'une conférence de presse à Kiev, le 2 novembre 2022.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse à Kiev, le 2 novembre 2022. (GENYA SAVILOV / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué mercredi 2 novembre dans la soirée "l'importance pour le monde entier" de la poursuite des exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire. Ce déblocage intervient après le retour de Moscou dans l'accord international conclu en juillet avec Kiev, et négocié par la Turquie. Plus tôt mercredi, Moscou avait de son côté dit avoir reçu des garanties écrites "suffisantes" pour réintégrer l'accord. Pour le président Zelensky, cette reprise signe une victoire diplomatique et "l'échec de l'agression russe". Ce direct est maintenant terminé.

 Les Etats-Unis s'inquiètent au sujet de l'usage d'armes nucléaires. Washington s'est dit de "plus en plus préoccupé" mercredi quant à l'éventualité d'une frappe nucléaire de la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine. "Nous surveillons cela du mieux que nous pouvons", a affirmé John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, organe rattaché au président américain Joe Biden, lors d'un entretien avec la presse. De son côté, la diplomatie russe a réaffirmé dans un communiqué (en anglais) qu'une "guerre nucléaire ne peut pas être gagnée et ne doit pas être déclarée".

 Moscou va remettre à Londres des "preuves" de l'implication britannique dans de récentes attaques. La Russie va convoquer l'ambassadeur britannique pour lui remettre des "preuves", selon elle, de l'implication de Londres dans de récentes attaques contre la flotte russe en Crimée, a précisé Moscou mercredi. "Il n'y a bien sûr aucun doute sur l'implication des services secrets britanniques" dans l'attaque contre des navires russes fin octobre en mer Noire et dans le sabotage de gazoducs en septembre, a déclaré à la presse la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova. 

 La Russie rejoint à nouveau l'accord sur les exportations de céréales. La Russie a annoncé mercredi reprendre sa participation à l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes après avoir reçu des "garanties écrites" de la part de l'Ukraine sur la démilitarisation du couloir utilisé pour leur transport. Moscou avait suspendu sa participation samedi après une attaque sur sa flotte en Crimée.

Près de "16 000 foyers" sont encore privés d'électricité dans la région de Kiev. "Nos ingénieurs électriciens ont travaillé sans relâche, a expliqué sur Telegram le gouverneur de l'oblast de la capitale ukrainienne, Oleksiy Kuleba, mercredi. Kiev avait été plongée dans le noir, lundi, après des frappes russes sur des centrales électriques. L'eau potable avait également été coupée, avant d'être rétablie mardi, avec une partie de l'alimentation électrique des foyers.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h35 : Une équipe de France 2 s'est rendue à Bakhmout, sur le front de l'Est, seule ville sous contrôle ukrainien où les Russes mènent encore une offensive. Ce sont les mercenaires du groupe Wagner, et non l'armée, qui pilonnent les civils, comme le raconte ce reportage.

23h29 : Dans son message vidéo du soir, Volodymyr Zelensky se félicite du retour de la Russie dans l'accord sur les exportations de céréales. Mais aussi que Moscou ait demandé, en échange, des garanties de securité à Kiev : pour le président ukrainien, cette demande montre "à la fois l'échec de l'agression russe et à quel point nous sommes forts lorsque nous restons unis".

23h23 : Le Conseil de sécurité a rejeté une résolution rédigée par la Russie réclamant une enquête sur ses accusations concernant l'implication de Washington dans le développement présumé d'armes biologiques en Ukraine.

21h39 : Les Etats-Unis se félicitent de la décision de la Russie d'appliquer à nouveau l'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes. Ils espèrent que cet accord sera "renouvelé plus tard ce mois-ci" pour apporter encore plus de stabilité au marché des dentées alimentaires, a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

20h13 : Il est 20 heures et c'est le moment de faire le point sur les principales nouvelles du jour :

#BUDGET Elisabeth Borne a engagé la responsabilité de son gouvernement avec le 49.3 sur l'ensemble du budget en première lecture. Les députés LFI ont déposé une nouvelle motion de censure. Dans son texte, le gouvernement ne conserve pas les 12 milliards d'euros votés par l'opposition à destination de la rénovation thermique des bâtiments.

Le ministre de la Santé, François Braun, annonce une enveloppe "de l'ordre de 400 millions d'euros" d'aides pour l'hôpital, au lieu des 150 millions prévus.

Le gouvernement éthiopien et les rebelles de la région du Tigré, qui s'opposent depuis 2020 dans un des conflits les plus meurtriers au monde, ont conclu un accord pour la "cessation des hostilités".

La Russie va recommencer à appliquer l'accord permettant l'exportation des céréales ukrainiennes. Les Etats-Unis se disent "de plus de plus préoccupés" quant au risque d'une frappe nucléaire russe en Ukraine.

19h42 : Le dénouement de la crise des céréales a consolidé le rôle de la Turquie comme intermédiaire entre Kiev et Moscou. Volodymyr Zelensky déclare ce soir avoir remercié Recep Tayyip Erdogan pour avoir aidé à "préserver" l'accord permettant aux navires céréaliers de quitter l'Ukraine. Le président turc s'était notamment entretenu avec Vladimir Poutine hier à ce sujet.

19h54 : Les premières inspections du gazoduc Nord Stream 1 par l'entreprise Nord Stream, détenue en majorité par le géant russe Gazprom, permettent d'observer qu'un tronçon de 250 mètres est "détruit". Deux cratères sont visibles aux deux extrémités de la portion en question. L'enquête de cette société se déroule en parallèle de celle menée par les autorités suédoises, danoises et allemandes.

18h21 : La Russie a réintégré l'accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes après avoir reçu des garanties de sécurité de la part de l'Ukraine. Mais Vladimir Poutine prévient déjà qu'elle le quittera à nouveau "en cas de violation de ces garanties par l'Ukraine". Dans une allocution, il a par ailleurs affirmé que la Russie serait prête, dans ce cas de figure, à fournir aux pays les plus pauvres "la totalité du volume de céréales" qu'ils reçoivent de l'Ukraine.

20h11 : A 18 heures, on vous propose un point sur les titres de l'actualité :

La Russie accepte de revenir dans l'accord sur les exportations de céréales. Dans le même temps, les Etats-Unis sont "de plus en plus préoccupés" quant à une potentielle frappe nucléaire de la Russie, selon la Maison Blanche. Suivez notre direct.

#BUDGET Elisabeth Borne engage la responsabilité de son gouvernement avec le 49.3 sur l'ensemble du budget en première lecture. En réaction, les députés LFI déposent une nouvelle motion de censure contre le gouvernement.

Le ministre de la Santé, François Braun, annonce une enveloppe "de l'ordre de 400 millions d'euros" d'aides au lieu des 150 millions prévus pour l'hôpital.

Les belligérants s'accordent sur "une cessation des hostilités" dans la région du Tigré, annonce le médiateur de l'Union africaine.

16h54 : La "principale priorité" est d'éviter une guerre entre puissances nucléaires qui aurait des "conséquences catastrophiques", déclare la diplomatie russe, en pleines tensions entre Moscou et les Occidentaux autour de l'Ukraine. La Russie appelle les autres pays dotés de l'arme ultime à "résoudre cette tâche prioritaire" en mettant fin à leurs "tentatives dangereuses d'empiéter sur les intérêts vitaux des autres".

16h20 : La Corée du Nord "fournit de manière dissimulée une aide à la guerre de la Russie contre l'Ukraine", accuse John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Il évoque un "nombre important" d'obus que la Corée du Nord expédie en "essayant de faire croire qu'elles sont envoyées au Moyen-Orient ou en Afrique".

16h07 : Antonio Guterres a salué "chaleureusement" le retour de la Russie dans l'accord permettant l'exportation des céréales ukrainiennes. Le secrétaire général de l'ONU "poursuit ses efforts avec tous les acteurs pour le renouvellement et la pleine application de l'Initiative", annonce son porte-parole dans un communiqué.

15h57 : Les cargos de céréales pourront de nouveau circuler en mer Noire. Quatre jours après son retrait de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, la Russie a finalement annoncé reprendre sa participation. Le Kremlin s'était retiré de l'accord, après une attaque contre sa flotte en Crimée, qu'il avait imputée à Kiev. On répond à quatre questions sur le retour de la Russie dans l'accord.



(OZAN KOSE / AFP)

15h47 : Les Etats-Unis sont devenus "au fil des mois" de "plus en plus préoccupés par cette éventualité" d'une potentielle frappe nucléaire de la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine, précise la Maison Blanche. "Nous surveillons cela du mieux que nous pouvons", déclare le porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

15h41 : Les Etats-Unis sont "de plus en plus préoccupés" quant à une potentielle frappe nucléaire de la Russie, déclare la Maison Blanche.

14h02 : A 14 heures, on vous propose un point sur les titres de l'actualité :

Les cargos vont pouvoir de nouveau quitter les ports ukrainiens et reprendre la mer. La Russie accepte de revenir dans l'accord sur les exportations de céréales. Suivez notre direct.

• #CARBURANTS La grève à la raffinerie TotalEnergies de Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime) est levée, annonce la CGT. Le mouvement de grève ne touche désormais plus qu'un seul site : le dépôt de Feyzin, situé dans la métropole de Lyon.


• Le gouvernement dévoile les grandes lignes de son futur projet de loi sur l'immigration qui doit être examiné début 2023. Il propose notamment de "créer un titre de séjour métiers en tension" pour les travailleurs sans papiers déjà sur le territoire.

"Un chef, ça ne se défausse pas sur ses subordonnés". Edouard Philippe évoque pour la première fois sur France 2 son placement sous le statut de témoin assisté par la Cour de justice de la République pour "mise en danger de la vie d'autrui et abstention volontaire de combattre un sinistre" dans le cadre de sa gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19.

13h59 : La Russie va convoquer l'ambassadeur britannique pour lui remettre des "preuves", selon elle, de l'implication de Londres dans de récentes attaques contre la flotte russe en Crimée, annonce Moscou. Les autorités britanniques ont à plusieurs reprises démenti ces accusations, reprochant au Kremlin de chercher à "détourner l'attention" de ses revers militaires en Ukraine.

13h27 : Voici les articles à ne pas rater aujourd'hui sur notre site :

• Sabotage, échange d'informations… On vous parle de Melitopol, capitale de la résistance dans les territoires occupés par la Russie
• Titre de séjour "métiers en tension", OQTF, asile... Voici les pistes du gouvernement pour le projet de loi immigration
•Concurrence des plateformes, crise sanitaire et billet trop cher... On vous explique pourquoi les salles de cinéma n'attirent plus les foules

13h07 : Dans la région de Kherson, l'armée ukrainienne s'appuie sur les lance-roquettes américains Himars pour avancer. Ces engins longue portée ont causé de lourds dégâts à l’armée russe et permis à Kiev de prendre l'avantage. "Grâce aux Himars, la ligne de front a nettement progressé", confie à franceinfo un militaire ukrainien. Reportage.

12h04 : Pour accompagner votre repas de midi, voici un nouveau résumé de l'actualité de ce mercredi 2 novembre :

Les cargos vont pouvoir de nouveau quitter les ports ukrainiens et reprendre la mer. La Russie accepte de revenir dans l'accord sur les exportations de céréales. Suivez notre direct.

• #CARBURANTS La grève à la raffinerie TotalEnergies de Gonfreville-L'Orcher (Seine-Maritime) est levée, annonce la CGT. Le mouvement de grève ne touche désormais plus qu'un seul site : le dépôt de Feyzin, situé dans la métropole de Lyon.


• Le gouvernement dévoile les grandes lignes de son projet de loi sur l'immigration qui doit être examiné début 2023. Il propose notamment de "créer un titre de séjour métiers en tension" pour les travailleurs sans papiers déjà sur le territoire.

"Un chef, ça ne se défausse pas sur ses subordonnés". Edouard Philippe évoque pour la première fois sur France 2 son placement sous le statut de témoin assisté par la Cour de justice de la République pour "mise en danger de la vie d'autrui et abstention volontaire de combattre un sinistre" dans le cadre de sa gestion de la crise sanitaire liée au Covid-19.

11h38 : La Russie confirme aussi de son côté reprendre sa participation à l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes après avoir reçu des "garanties écrites" de la part de l'Ukraine sur la démilitarisation du couloir utilisé pour leur transport, précise le ministère russe de la Défense sur Telegram.

Moscou avait suspendu sa participation samedi dernier après une attaque sur sa flotte en Crimée.

11h32 : Les exportations de céréales ukrainiennes reprennent en mer Noire, annonce le président turc Erdogan. Suivez notre direct.

10h50 : Each friendship reaches the inevitable moment of the "fireworks". 🇺🇦🤝🇩🇪Featuring Friedrich Liеchtenstein https://t.co/FnHGD6A6Ur

10h50 : Vous vous souvenez peut-être de la vidéo que Kiev avait publiée en octobre pour remercier la France pour son aide militaire. Eh bien le ministère de la Défense remet le couvert aujourd'hui, avec un clip destiné cette fois à l'Allemagne. Les germanophones auront peut-être reconnu la chanson Supergeil ("super génial") en bande-son.

10h21 : Depuis début mars, la ville de Melitopol est aux mains des forces russes. Mais cela n'empêche pas certains habitants de braver les autorités d'occupation. Campagnes d'affichage, désobéissance... Tout est fait pour "compliquer autant que possible la vie des occupants et des collaborateurs", explique le maire exilé de la ville, Ivan Fedorov, à franceinfo.

Des policiers sur la place de la Victoire, le 7 septembre 2022 à Melitopol (Ukraine), ville occupée par les forces russes. (RIA NOVOSTI / SPUTNIK VIA SIPA)

(RIA NOVOSTI / SPUTNIK VIA SIPA)

09h42 : Le ministre espagnol des Affaires étrangères est à Kiev aujourd'hui pour livrer trente ambulances aux autorités ukrainiennes. José Manuel Albares est aussi sur place pour "constater les effets dévastateurs des attaques russes".

08h37 : Deux jours après les frappes russes, l'électricité n'est pas encore totalement rétablie à Kiev. 16 000 foyers sont toujours privés de courant ce matin, explique le gouverneur de l'oblast de Kiev, Oleksiy Kuleba, sur Telegram.

08h01 : Et pendant ce temps, Kiev est en train de déployer "environ 1 000 points de chauffage pour les habitants de la ville". Ils serviront en cas de bombardements russes sur les infrastructures énergétiques, explique le maire, Vitali Klitschko, sur Telegram. "Vous pourrez vous réchauffer, boire du thé, recharger vos téléphones et obtenir l'aide nécessaire."

07h52 : Exports of grain and foodstuffs from #Ukraine️ need to continue. Although no movements of vessels are planned for 2 November under the #BlackSeaGrainInitiative, we expect loaded ships to sail on Thursday.

07h57 : Le coordinateur pour l'ONU sur les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire confirme sur Twitter qu’aucun chargement ne prendra la mer aujourd'hui. Décision prise après que la Russie a décidé de se retirer temporairement de l'accord. Amir M. Abdulla espère une reprise demain.

07h37 : Entretien constructif avec mon homologue chinois Wang Yi. Nous devons agir de concert pour chercher à mettre fin à l'escalade russe en #Ukraine et obtenir que la #CoreeDuNord respecte ses obligations. Nos échanges bilatéraux 🇫🇷 🇨🇳 vont s'intensifier.

07h38 : La cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna s'est entretenue hier soir avec son homologue chinois Wang Yi sur la guerre en Ukraine. "Nous devons agir de concert pour chercher à mettre fin à l'escalade russe", a ensuite tweeté la ministre.