Guerre en Ukraine : Kiev va demander formellement son "adhésion accélérée à l'Otan"

L'annonce du président ukrainien intervient peu après la formalisation, vendredi, de l'annexion des régions ukrainiennes de Louhansk, de Donetsk, de Kherson et de Zaporijjia, à la fédération de Russie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'adresse à la télévision depuis Kiev, en Ukraine, le 21 septembre 2022. (STR / UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS-SER / AFP)

Une réaction immédiate. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a annoncé, vendredi 30 septembre, que l'Ukraine allait signer une demande d'adhésion accélérée à l'Otan, une heure après que la Russie a formalisé l'annexion de quatre régions ukrainiennes.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

"Nous adoptons une mesure décisive en signant la candidature de l'Ukraine en vue d'une adhésion accélérée à l'Otan", a-t-il dit dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. "L'Ukraine ne négociera pas avec la Russie tant que Poutine est le président de la Fédération de Russie. Nous négocierons avec le nouveau président", a-t-il ajouté. Dans son discours, Vladimir Poutine avait appelé "le régime de Kiev à cesser immédiatement les tirs, toutes les hostilités".

Jens Stoltenberg se montre évasif sur cette candidature

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, est resté évasif quand il a été interrogé sur la candidature de l'Ukraine à une "adhésion accélérée" à l'Otan. "Chaque démocratie en Europe a le droit de demander l'adhésion à l'Otan et nous avons déclaré encore et encore que la porte reste ouverte", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Mais une décision sur l'adhésion doit être approuvée "à l'unanimité" par les 30 pays membres, a-t-il rappelé. Le secrétaire général de l'Otan a également insisté sur le refus de l'Alliance atlantique d'être impliquée directement dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie.

Vendredi soir, Joe Biden a averti la Russie que l'Otan défendrait "chaque centimètre" de son territoire, qui pourrait donc aller jusqu'aux régions ukrainiennes occupées si l'organisme accepte la candidature de l'Ukraine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.