Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : Google Maps et Tripadvisor suspendent les publications sur certains de leurs services, détournés par des internautes ukrainiens

Des militants ukrainiens se sont servis de leur section "avis" pour tenter d'alerter les Russes sur l'invasion orchestrée par leurs dirigeants en Ukraine.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le logo Google Maps à Ankara (Turquie), le 1er février 2022. (CELAL GA14NES / ANADOLU AGENCY / AFP)

Des internautes ukrainiens ont trouvé un moyen détourné pour alerter les Russes sur l'invasion orchestrée par leurs dirigeants en Ukraine. Mais Google a décidé, vendredi 4 mars, de bloquer l'ajout de commentaires, photos et vidéos sur son service de cartographie en Russie, en Ukraine et en Biélorussie, tout comme la plateforme Tripadvisor sur les fiches de certains restaurants et hôtels en Russie. 

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

Le groupe de hackers "Anonymous" a encouragé lundi les personnes en Ukraine à "expliquer ce qui se passe" dans le pays. "Allez sur Google Maps. Tapez 'Russie'. Trouvez un restaurant ou une entreprise et laissez un commentaire", a tweeté un compte d'Anonymous. Il suggère par exemple d'écrire : "La nourriture était géniale ! Malheureusement, Poutine a gâché notre appétit en envahissant l'Ukraine. Tenez tête à votre dictateur, arrêtez de tuer des gens innocents ! Votre gouvernement vous ment. Résistez !"

"Face à une augmentation récente des contributions sur la guerre en Ukraine sur Google Maps, nous avons mis en place des protections additionnelles pour surveiller et bannir les contenus qui enfreignent nos règles", a justifié une porte-parole de Google à l'AFP. Le moteur de recherche s'est dit conscient que des personnes tentaient de communiquer sur la guerre via Google Maps, mais rappelle que ses outils ne sont pas conçus pour cet usage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.