Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : François Hollande appelle à "arrêter les livraisons de gaz venant de Russie pour l'Europe"

L'ex-président de la République, François Hollande, estime mercredi sur France Inter que la suspension des livraisons de gaz et de pétrole russes vers l'Europe est la "seule arme" importante encore mobilisable face à Vladimir Poutine.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
François Hollande sur France Inter le 13 novembre 2020. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)

Invité mercredi 9 mars sur France Inter, l'ex-président de la République, François Hollande appelle à "arrêter les livraisons de gaz venant de Russie pour l'Europe", à la veille du sommet des 27 pays européens au château de Versailles les jeudi 10 et vendredi 11 mars.

>> DIRECT. Guerre en Ukraine : des milliers de civils évacués, de nouveaux cessez-le-feu attendus mercredi

"Il n'y a qu'une décision majeure qui doit être prise, c'est de suspendre les livraisons de gaz et de pétrole (…) c'est la seule arme qui nous reste d'importance", car "le tiers des recettes budgétaires de la Russie, c'est le gaz", a estimé François Hollande.

Un choix "difficile", "douloureux" et "nécessaire"

"C'est un choix difficile" même si "la France peut s'organiser, non sans mal". En revanche, reconnaît l'ancien président, "les pays notamment de l'Est qui sont à 100% dépendants, c'est beaucoup plus lourd. Et pour l'Allemagne qui est à 50% de dépendance c'est également un choix douloureux, sûrement, périlleux, c'est possible, mais nécessaire". 

"Il faut un plan à moyen terme avec une application immédiate pour certains pays. Il y a là l'occasion pour l'Europe d'avoir un nouveau modèle énergétique."

François Hollande

à France Inter

Pour l'ancien chef d'Etat, "cela suppose un changement complet de modèle. (...) Il faut nous sortir de la dépendance à l'égard du gaz, ce qui suppose de faire monter les renouvelables beaucoup plus rapidement et amplement que nous ne l'avions imaginé." "Cela suppose aussi que nous gardions et que nous prolongions les centrales existantes", poursuit l'ancien chef de l'Etat. "Là, on va avoir à faire un choix qui doit être politique, économique et écologique", conclut-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.