Cet article date de plus de deux ans.

Guerre en Ukraine : des centaines de manifestants arrêtés en Russie

À Moscou comme à Saint-Pétersbourg et dans une cinquantaine de villes de Russie jeudi soir, les manifestants contre l'invasion de l'Ukraine ont été interpellés pour avoir bravé l'interdiction de rassemblement décrétée par les autorités.

Article rédigé par Sylvain Tronchet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Arrestation d'une manifestante anti-guerre à Moscou (Russie) le 24 février 2022 (ALEXANDER NEMENOV / AFP)

Plus de 1 700 personnes ont été arrêtées jeudi sur l'ensemble du territoire russe, selon une ONG spécialisée. Des dizaines de protestataires ont notamment été interpellés aux abords de la place Pouchkine à Moscou, alors qu'ils étaient rassemblés sous le slogan "Non à la guerre !" 

>> Guerre en Ukraine : suivez l'évolution de la situation dans notre direct

Ils étaient un millier de manifestants sur la Place Pouchkine, ce qui dans le contexte actuel est une grosse manifestation. Quelques minutes après le début du rassemblement, des dizaines de policiers arrivent et demandent à la foule de se disperser. Les arrestations commencent. Polina a 28 ans, elle travaille dans l'événementiel et elle porte un gros sac à dos plein de provisions : "J’ai pris tout ce qu’il faut pour pouvoir supporter la détention, c’est une pratique habituelle pour nous, pour les gens qui partagent les mêmes idées que moi."

En Russie aujourd'hui, le simple fait de brandir une pancarte peut vous coûter 15 jours de prison. Mais cela n'a pas empêché Alexandre, un juriste de 25 ans de venir manifester : "C’est très triste de voir une guerre fratricide… Je pense que ce qui se passe est inadmissible. Il n’y a aucune justification au fait d’envahir et de bombarder un État frère."

Trente secondes après la fin de cette interview, Alexandre est embarqué sans ménagement par trois policiers.

Arrestations de manifestants anti-guerre à Moscou : reportage de Sylvain Tronchet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.