Guerre en Ukraine : ces messages que veut faire passer la France avec la visite du ministre des Armées à Kiev

Au cours de sa visite, le ministre doit rencontrer plusieurs ministres avec l'idée de discuter et signer des partenariats avec l'industrie ukrainienne.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu à Kiev, le 28 septembre 2023. (SERGEI SUPINSKY / POOL)

Comment aider Kiev dans la guerre contre Moscou ? Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu est arrivé jeudi 28 septembre à Kiev pour discuter de l'évolution de l'aide française à l'Ukraine et de partenariats industriels dans un conflit amené à durer.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations en direct

Ce déplacement intervient à la veille du premier Forum des industries de défense organisé par l'Ukraine et qui doit rassembler, au côté des industriels ukrainiens, plus de 160 sociétés de 26 pays, selon le président Volodymyr Zelensky. Un rendez-vous pour "renforcer durablement les capacités de défense de l'Ukraine alors que le conflit est parti pour durer", indique l'entourage du ministre à franceinfo, qui doit rencontrer son homologue Rustem Oumerov, ainsi que le ministre des Industries stratégiques Oleksandr Kamychine.

Changement de philosophie

Car 19 mois après le début du conflit, le 24 février 2022, l'Ukraine, qui ne cesse de réclamer armes et munitions à ses soutiens, se prépare en effet à une guerre longue. Si la France a déjà fourni à l'Ukraine blindés, canons Caesar, véhicules de transport de troupes VAB ou encore des systèmes de défense sol-air, Paris dispose de stocks limités de matériels à céder sous peine d'affaiblir son armée. Et c'est bien le message que veut porter le ministre français : plus que des livraisons de chars ou de munitions.

C'est donc un changement de philosophie que vient annoncer Sébastien Lecornu pour sa 2e visite à Kiev, avec en ligne de mire un possible tête à tête avec le président Volodymyr Zelensky. Le message à lui faire passer est clair : oui, la France va continuer d’aider l’Ukraine… mais différemment.

Plus question de piocher sans cesse dans les stocks de l’armée tricolore, et charge désormais aux Ukrainiens de passer commande et d’acheter des armes aux entreprises françaises. Sébastien Lecornu va donc jouer les entremetteurs auprès de la délégation de parlementaires et d'industriels français de la BITD, la base industrielle et technologique de défense. Avant de partir pour Kiev, certains assuraient d'ailleurs être prêts à ouvrir des chaînes de production directement en Ukraine, comme une traduction du passage à l’économie de guerre demandé par Emmanuel Macron. Sur le terrain, pourtant, le conflit semble s’enliser tandis que l’hiver approche, et que l’Ukraine redoute de nouvelles frappes russes sur ses infrastructures énergétiques. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.