Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 12 août

Des bombardements russes sur les villes de Kramatorsk et Zaporijjia ont fait au moins trois morts, selon les autorités urkrainiennes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un habitant sous les décombres dans sa maison à Kramatorsk (Ukraine), le 25 juillet 2022. (ANATOLII STEPANOV / AFP)

Au moins trois personnes ont été tuées et 15 autres blessées, vendredi 12 août, dans des bombardements russes sur les villes ukrainiennes de Kramatorsk, dans l'Est, et de Zaporijjia, dans le Sud, ont annoncé les autorités locales. Parmi les morts, figurent deux civils, a précisé sur Facebook Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk. Un responsable local à Zaporijjia, Anatoli Kourtev, a de son côté rapporté sur Telegram la mort d'une femme vendredi dans des frappes russes ayant également fait deux blessés qui ont été hospitalisés.

L'Ukraine passe en défaut de paiement "sélectif"

C'est le dernier échelon avant le défaut de paiement. L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé la notation de l'Ukraine, qui est désormais étiquetée "SD", ou défaut de paiement "sélectif", en raison du moratoire sur sa dette extérieure obtenue mercredi. "Compte-tenu des termes et conditions annoncés de la restructuration, et conformément à nos critères, nous considérons cette transaction comme (...) équivalant à un défaut", a justifié S&P dans un communiqué.

Le Pentagone affirme qu'il "ignore" l'origine des explosions sur une base russe en Crimée

Le Pentagone a assuré ne pas avoir d'informations sur la cause des récentes explosions sur une base militaire russe en Crimée, survenues mardi. Washington a également souligné que les Etats-Unis n'avaient livré à Kiev aucune arme permettant de mener une telle frappe. Ces explosions ont été présentées comme accidentelles par Moscou mais que les experts attribuent à une attaque des forces ukrainiennes.

Les livraisons de pétrole russe à la République tchèque ont repris

Les livraisons de pétrole russe à la République tchèque ont repris, après une suspension de huit jours, a annoncé l'opérateur tchèque Mero. L'entreprise russe responsable du transport des hydrocarbures, Transneft, avait annoncé l'interruption des livraisons de pétrole à la Hongrie, à la République tchèque et à la Slovaquie, à compter du 4 août. Selon la firme russe, les sanctions imposées à la Russie l'ont empêchée de régler les frais de transit à Kiev, ce qui a eu pour effet d'interrompre le transport de pétrole.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.