Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du vendredi 11 août

Les combats font rage dans le district de Koupiansk, dans l'est du pays, où les forces russes tentent de progresser.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un soldat ukrainien dans une maison abandonnée près de la ligne de front, dans la région de Donetsk, le 10 août 2023. (DIEGO HERRERA CARCEDO / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les forces armées russes ont de nouveau affirmé avoir "amélioré" leurs positions dans le nord-est de l'Ukraine, vendredi 11 août. Parallèlement, l'armée russe a tiré vendredi quatre missiles hypersoniques Kinjal sur l'ouest du pays, une zone rarement visée par des frappes, provoquant la mort d'un enfant de 8 ans dans la région d'Ivano-Frankivsk. Voici les faits marquants de cette 534e journée de guerre.

En Ukraine, les responsables chargés du recrutement militaire ont été limogés

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a annoncé le limogeage de tous les responsables régionaux chargés du recrutement militaire, afin de déraciner un système de corruption permettant notamment à des conscrits d'échapper à l'armée. "Enrichissement illégal, légalisation de fonds obtenus illégalement, profits illicites, transport illégal de l'autre côté de la frontière de conscrits. Notre solution : nous limogeons tous les commissaires militaires", a annoncé sur Telegram le président ukrainien, après une enquête anticorruption.

Seuls 385 enfants déportés en Russie ont pu être récupérés par leurs familles en Ukraine

Au total, 385 enfants ukrainiens déportés en Russie ont été jusqu'à présent récupérés par leurs familles, selon un décompte confirmé par l'association autrichienne SOS Villages d'Enfants, qui participe aux rapatriements. "Souvent, ce sont les enfants eux-mêmes qui appellent à l'aide, par exemple via les réseaux sociaux, et parfois, les habitants des zones occupées nous donnent des indications", avait écrit la veille l'organisation. La Cour pénale internationale (CPI) a émis en mars un mandat d'arrêt contre le président russe, Vladimir Poutine, pour le crime de guerre de "déportation illégale" d'enfants. Selon les chiffres officiels de Kiev, plus de 19 000 d'entre eux seraient concernés.

L'armée russe dit "améliorer" ses positions dans la région de Kharkiv

L'armée russe a de nouveau affirmé avoir "amélioré" ses positions dans le nord-est de l'Ukraine, près des villages d'Olchana et de Perchotravneve, dans la région de Kharkiv. Cette offensive a notamment poussé les autorités locales ukrainiennes à ordonner, la veille, des évacuations de civils. L'armée russe avait été chassée de la ville de Koupiansk et de ses alentours, qu'elle occupait depuis le début du conflit, par une contre-attaque éclair ukrainienne en septembre 2022. Depuis quelques semaines, c'est dans cette zone qu'elle est repassée à l'attaque, revendiquant régulièrement des gains territoriaux.

Des tirs russes de missiles hypersoniques

L'armée russe a également tiré des missiles sur l'ouest de l'Ukraine, une zone rarement visée par des frappes. "Un garçon de 8 ans est mort", a ensuite affirmé le bureau du procureur général ukrainien, sur Telegram. L'armée de l'air ukrainienne a précisé que l'attaque avait été menée avec quatre missiles hypersoniques Kinjal, tirés par des bombardiers MiG-31. L'un a été détruit au-dessus de Kiev, les autres ont touché un aérodrome et des infrastructures civiles à Kolomyia.

Un nouveau drone abattu aux environs de Moscou

Un drone ukrainien a été détruit dans la matinée par la défense aérienne russe au-dessus de Moscou, un incident désormais quasi-quotidien. Il a été "neutralisé par des moyens de guerre électronique et s'est écrasé dans une zone forestière de l'ouest" de la capitale, a commenté le ministère de la Défense russe, en accusant "le régime de Kiev". C'est la troisième fois cette semaine que des drones sont abattus au-dessus de Moscou, alors que les attaques à l'intérieur du territoire russe se multiplient depuis plusieurs semaines, le plus souvent sans faire de dégâts majeurs ni de victime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.