Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du samedi 21 mai

Pendant que les frappes russes se poursuivaient en Ukraine, Moscou a publié une liste de personnalités américaines sanctionnées. De son côté, Washington a approuvé une aide de 40 milliards de dollars pour Kiev.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Un militaire prorusse marche sur le site d'Azovstal, le 21 mai 2022, à Marioupol (Ukraine). (ALEXEY KUDENKO / SPUTNIK / AFP)

La guerre continue, sur le terrain et sur le front diplomatique. La Russie a continué de pilonner l'est de l'Ukraine, samedi 21 mai, et a affirmé avoir détruit un stock d'armes livrées par les Occidentaux. Au même moment, le président américain Joe Biden a signé la loi apportant une nouvelle aide gigantesque de 40 milliards de dollars à Kiev. Franceinfo vous résume les informations marquantes de la journée.

Des frappes russes dans tout le pays

Sur le terrain, après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et sa région fin février et en mars, les troupes russes concentrent leurs efforts dans une offensive contre l'est de l'Ukraine, où les combats sont intenses. Sept civils ont été tués et 10 blessés, samedi, dans la région de Donetsk, selon le gouverneur ukrainien local. Plus au nord, le gouverneur de la région de Kharkiv a déclaré que des localités des alentours de cette ville avaient été visées par de nombreux tirs d'artillerie au cours des dernières 24 heures, qui ont fait un mort et 20 blessés.

Le reste du pays reste visé. La Russie a affirmé avoir frappé, dans le nord-ouest de l'Ukraine, un important stock d'armes fournies "par les Etats-Unis et des pays européens". Des missiles de croisière, "lancés depuis la mer", ont fait mouche "près de la gare de Malin, dans la région de Jytomyr", à 110 km de Kiev, selon le ministère russe de la Défense. Il n'était pas possible de vérifier cette information de source indépendante.

Encore plus à l'ouest, à Rivne, un missile russe a ciblé une "infrastructure militaire" dans la ville, selon le gouverneur régional. Proche de la frontière polonaise, cette ville a très rarement été attaquée depuis le début du conflit.

Un pas vers un échange de prisonniers de Marioupol ?

Dans la ville martyre de Marioupol (sud-est), près de 2 500 hommes des forces ukrainiennes se sont constitués prisonniers cette semaine, selon les Russes. Ces résistants "seront ramenés à la maison", a promis Volodymyr Zelensky, en évoquant des discussions en cours avec la France, la Turquie et la Suisse à ce sujet, sans plus de détails. Kiev récuse le terme de reddition, évoquant une opération visant au "sauvetage de nos héros" et à leur échange contre des prisonniers russes.

La Russie va étudier la possibilité d'échanger des combattants du régiment ukrainien Azov faits prisonniers contre Viktor Medvedtchouk, un proche de Vladimir Poutine, a déclaré, samedi, le député et négociateur russe Léonid Sloutski.

Biden donne son feu vert à une enveloppe de 40 milliards de dollars

Le président américain a signé la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars en soutien à l'Ukraine, notamment pour son effort de guerre. La loi comprend notamment six milliards de dollars pour permettre à l'Ukraine de s'équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne. Son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est félicité du déblocage d'une aide "aujourd'hui plus nécessaire que jamais". Dans la journée, il a répété que l'Ukraine avait à ce stade surtout "besoin de blindés".

Près de 1 000 Américains interdits d'entrée en Russie

Joe Biden, Mark Zuckerberg, Morgan Freeman... La diplomatie russe a publié, samedi, une liste de 963 personnalités américaines interdites d'entrée en Russie, en représailles à des sanctions similaires prises par Washington depuis l'offensive en Ukraine. Sur son site internet, le ministère russe des Affaires étrangères a rendu public ce document, qui comprend essentiellement des responsables gouvernementaux, des parlementaires, mais aussi des membres de la société civile.

Moscou avait déjà annoncé ces sanctions contre nombre des personnalités présentes dans la liste, notamment le président américain, son secrétaire d'Etat, Antony Blinken, le chef du Pentagone, Lloyd Austin, ou encore le PDG de Meta, Mark Zuckerberg. La liste comprend également l'acteur hollywoodien Morgan Freeman, qui n'avait pas été sanctionné publiquement jusqu'à présent. La diplomatie russe l'accuse d'avoir enregistré, en 2017, une vidéo où il affirmait que la Russie menait un "complot" contre les Etats-Unis.

La Finlande à son tour privée de gaz russe

La Finlande, membre de l'Union européenne, a vu son approvisionnement en gaz russe coupé samedi par le géant Gazprom, qui argue qu'Helsinki a refusé ses nouvelles conditions de devoir le payer en roubles. La compagnie finlandaise Gasum a assuré pouvoir obtenir du gaz d'autres fournisseurs et poursuivre "normalement" ses activités.

Le pays nordique, déjà privé depuis la mi-mai de ses importations d'électricité russe, a suscité la colère de Moscou, tout comme la Suède, en décidant de demander son adhésion à l'Otan. La Finlande rejoint ainsi la Pologne et la Bulgarie parmi les pays auxquels Gazprom a coupé le gaz parce qu'ils refusaient de payer en roubles, comme il l'a demandé en avril.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.