"Guerre économique" contre la Russie : comment l'exécutif a supervisé le rectificatif de Bruno Le Maire

Au coeur de critiques, notamment de la part de l'ancien président russe, Dmitri Medvedev,  l’interview du ministre de l’Economie mardi matin sur franceinfo a provoqué une onde de choc au sein du gouvernement.

Article rédigé par
Jean-Jérôme Bertolus - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, était mardi 1er mars l’invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Les mots employés étaient très forts. Trop, visiblement. Mardi matin, en direct sur franceinfo, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire disait vouloir "livrer une guerre économique et financière totale à la Russie. (...) Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe."

Quelques heures plus tard, dans une déclaration transmise à l'AFP, mardi 1er mars, Bercy a finalement rétropédalé, glissant que ce terme était "inapproprié". Le ministre de l'Economie précise ainsi que "le terme de guerre utilisé ce matin sur franceinfo était inapproprié et ne correspond pas à notre stratégie de désescalade", ajoutant que "nous ne sommes pas en conflit contre le peuple russe.

Un changement de ton qui intervient quelques heures après le tweet de l'ancien président russe Dmitri Medvedev avait réagi aux propos du ministre français : "Un ministre français a dit aujourd'hui qu'ils nous avaient déclaré la guerre économique. Faites attention à votre discours, messieurs ! Et n'oubliez pas que les guerres économiques dans l'histoire de l'humanité se sont souvent transformées en guerres réelles", peut-on lire sur le réseau social.

Onde de choc dans le gouvernement

En coulisses, pourtant, l'ambiance est moins ferme. Dans l’entourage de Bruno Le Maire, on dément que le ministre se soit fait taper sur les doigts. "La Russie est dans le camps des agresseurs. Pas nous. Le terme de guerre employé par Bruno Le Maire, a été instrumentalisé", souligne l’un de ses proches. 

Il n’empeche, l’interview du ministre de l’économie mardi matin a provoqué une onde de choc au sein du gouvernement.  Si le chef de l’Etat ne s’est pas entretenu personnellement avec son ministre, les contacts entre l’entourage d’Emmanuel Macron et le cabinet de Bruno le Maire ont été nombreux, tout au long de la matinée. Avant et après le tweet de l’ancien président russe.

Selon plusieurs sources au sein de l’executif, Matignon est intervenu pour coordonner et superviser avec Bercy le rectificatif de Bruno le Maire envoyé à l’agence France Presse. Une manière de s’assurer pour le chef du gouvernement, que, cette fois, les mots employés étaient les bons.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.