Guerre en Ukraine : "Nous allons provoquer l'effondrement de l'économie russe", affirme Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, annonce mardi sur franceinfo le renforcement des sanctions financières françaises à l'égard de la Russie alors que les troupes russes s'agglomèrent aux portes de Kiev, en Ukraine.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, était mardi 1er mars l’invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Nous allons livrer une guerre économique et financière totale à la Russie" à travers les sanctions économiques occidentales imposées en réponse à l'invasion russe en Ukraine, a déclaré Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, mardi 1er mars sur franceinfo. Selon lui, les sanctions seront appliquées jusqu'à ce que "Vladimir Poutine revienne à de meilleures intentions en Ukraine".

>> Guerre en Ukraine : suivez l'évolution de la situation dans notre direct

"Nous voulons viser le cœur du système russe, a poursuivi le ministre de l'Economie, nous visons Vladimir Poutine, nous visons les oligarques, mais nous visons aussi toute l'économie russe. Et le peuple russe en paiera aussi les conséquences. On ne sait pas faire autrement." En début d'après-midi, Bruno Le Maire a souhaité préciser ses propos, et en particulier l'emploi de l'expression "guerre économique et financière totale" : "Le terme de guerre était inapproprié et ne correspond pas à notre stratégie de désescalade. (...) Nous ne sommes pas en conflit contre le peuple russe".

"Les sanctions doivent frapper vite, frapper fort et on en voit déjà les effets", a assuré Bruno Le Maire lors du "8h30 franceinfo", indiquant que "le rouble s'est effondré de 30%" et que "les réserves de change russe sont en train de fondre comme neige au soleil". "Le fameux trésor de guerre de Vladimir Poutine est déjà réduit à presque rien. Nous allons donc provoquer l'effondrement de l'économie russe", a averti Bruno Le Maire, constatant déjà "l'effondrement du marché", la hausse des taux d'intérêt et "l'augmentation de l'inflation" en Russie.

Un "train de sanctions" en cours d'examen

"Les sanctions sont efficaces, les sanctions économiques et financières sont mêmes d'une efficacité redoutable", a poursuivi le ministre de l'Économie qui "ne veut laisser planer aucune ambiguïté sur la détermination européenne à ce sujet". Un "train de sanctions" est actuellement en "cours d'examen" et les propositions de la Commission européenne doivent arriver "ce matin [mardi]", a précisé Bruno Le Maire qui se dit prêt, avec l'Union européenne, "à préparer un nouveau renforcement des sanctions économiques et financières". Une réunion du G7, sur le sujet, est également prévue "cet après-midi [mardi]" avant une réunion, mercredi, des ministres des Finances européens afin de "s'assurer de la bonne exécution de ces sanctions".

Selon le ministre de l'Économie, ces sanctions "seront appliquées le temps que Vladimir Poutine revienne à de meilleures intentions en Ukraine". Il a ainsi invité "à prendre conscience" du fait que "États-Unis et Europe, ensemble, sont de très loin le continent économique, financier, le plus puissant de la planète""Le rapport de force économique et financier est totalement en faveur de l'Union européenne qui est en train de découvrir sa puissance économique", a également estimé le ministre.

"Aucun oligarque ne passera entre les mailles de nos filets"

"Pour le moment", la liste des oligarques russes sous sanctions européennes comprend "488 personnalités", a assuré Bruno Le Maire, sans préciser combien se trouvent en France. Le ministre a indiqué que "l'examen" des comptes russes étaient en cours "avec l'aide des banques" et qu'il s'agissait d'une "longue" procédure désormais étendue "aux noms des oligarques, de leurs conjoints, de leurs enfants, de leurs sociétés civiles immobilières" de façon à ce qu'ils "ne puissent pas se dissimuler derrière des montages financiers".

Par ailleurs, Bruno Le Maire a promis de "faire en sorte qu'il ne s'agisse pas simplement d'un gel mais d'une saisie des avoirs". "Nous sommes en train de travailler juridiquement avec la chancellerie pour que le gel devienne une saisie, nous allons toucher au cœur le pouvoir russe (...) Aucun oligarque ne passera entre les mailles de nos filets, c'est notre objectif", a-t-il averti.

"C'est un message que nous adressons à tous les régimes autoritaires qui veulent contester l'efficacité, le poids politique des démocraties sur la planète."

Bruno Le Maire

à franceinfo

Face à "l'agression délibérée" de la Russie sur l'Ukraine, Bruno Le Maire a estimé que l'Europe a également "pris conscience de la nécessité de s'armer militairement" : "Le rapport de force économique et financier est totalement en faveur de l'Union européenne qui est en train de découvrir sa puissance économique."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.