Cet article date de plus d'un an.

En pleine guerre, le Parlement ukrainien ratifie la Convention d'Istanbul contre les violences faites aux femmes

Ce texte, signé en 2011, est un traité international du Conseil de l'Europe dont l'objectif est de protéger davantage les femmes face aux violences à caractère sexiste.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des participantes à une manifestation pour la journée des droits des femmes demandent la ratification de la Convention d'istanbul le 8 mars 2021 à Kiev (Ukraine). (SPUTNIK / AFP)

En pleine invasion russe, la Rada, le Parlement ukrainien, a ratifié, lundi 20 juin, la Convention d'Istanbul. Il s'agit du premier traité international à fixer des normes juridiquement contraignantes pour contrer les violences sexistes. D'après le décompte officiel, 259 députés ont voté pour, 8 contre, 28 ont voté blanc et 47 se sont abstenus. "Décision historique ! La Convention d'Istanbul ratifiée", s'est félicité sur Twitter le compte officiel de la Rada, peu après le vote des députés ukrainiens.

L'Ukraine avait signé en 2011 la Convention d'Istanbul, un traité international du Conseil de l'Europe, organisation paneuropéenne qui siège à Strasbourg et dont l'Ukraine est membre. Ce texte établit un cadre légal et institutionnel pour lutter contre les violences faites aux femmes et les violences domestiques.

"Un grand pas en avant"

"Le président Volodymyr Zelensky et tous les députés qui ont voté en faveur de la ratification ont coupé une énième corde qui avait ancré l'Ukraine au 'monde russe'", s'est félicité pour sa part Serguiï Kyslytsya, l'ambassadeur ukrainien à l'ONU. "Un événement historique qui nous amènera au sein de l'UE encore plus vite", a applaudi sur Twitter Oleksandr Kornienko, premier vice-président de la Rada.

La ratification de ce traité international protégeant les femmes "va consolider l'engagement à long terme de l'Ukraine pour la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes et les violences domestiques", s'est réjouie de son côté Olga Stefanichyna, vice-Première ministre en charge de l'Intégration européenne.

"Les femmes et les jeunes filles étant particulièrement vulnérables pendant le conflit, je salue chaleureusement" cette ratification, a déclaré la secrétaire générale du Conseil de l'Europe, Marija Pejcinovic Buric, y voyant "un grand pas en avant" pour leur protection. "L'Ukraine deviendra le 36e Etat à avoir ratifié la Convention d'Istanbul", a-t-elle relevé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.