Ce que l'on sait des tensions à la frontière entre la Russie et l'Ukraine

Kiev a accusé Moscou de masser des troupes à ses frontières, estimant lundi leur nombre à 83 000 soldats. Les troupes mènent des "exercices militaires" qui dureront encore deux semaines, répond la Russie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'armée ukrainienne patrouille à la frontière russe, le 12 avril 2021. (UKRAINIAN ARMED FORCES / ANADOLU AGENCY / AFP)

Les relations entre la Russie et l'Ukraine se dégradent depuis la fin du mois de mars, avec un important déploiement militaire russe à la frontière et de nouvelles violences entre les séparatistes prorusses et les forces de Kiev, qui a appelé les Occidentaux à l'aide. On vous résume les points importants.

Des combats entre les séparatistes et l'armée ukrainienne

Les militaires sont engagés depuis 2014 dans une guerre contre des séparatistes prorusses, qui ont pris le contrôle de territoires dans l'est de l'Ukraine. Après des combats intenses qui ont fait plus de 13 000 morts, le conflit avait largement diminué en intensité à partir de 2015 et le dernier cessez-le-feu en date, décidé l'année dernière, était globalement respecté.

De nouvelles violences ont éclaté début 2021, principalement des combats au mortier et à l'artillerie, qui ont fait au moins 29 morts parmi les forces ukrainiennes, contre 50 sur toute l'année 2020.

Des troupes russes à la frontière

Parallèlement, Kiev accuse Moscou de masser des troupes à ses frontières, estimant leur nombre à 83 000 soldats, dont environ la moitié en Crimée, péninsule annexée par la Russie en 2014.

La Russie ne dément pas ce déploiement tout assurant qu'elle "ne menace personne" et en dénonçant en retour des "provocations" ukrainiennes. Mardi, le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a confirmé l'envoi de militaires sur les flancs ouest et sud du pays, affirmant qu'il s'agissait d'une réponse à des actes "menaçants" de l'Otan. Les troupes déployées ces trois dernières semaines mènent selon lui des "exercices militaires" qui dureront encore deux semaines.

Pourquoi maintenant ? Nombre d'observateurs estiment que Moscou et Kiev testent le nouveau président américain, Joe Biden. D'autres analystes estiment que la Russie veut envoyer un message à l'Ukraine, qui a imposé récemment des sanctions à l'un de ses députés prorusses. D'autres encore estiment que le Kremlin veut susciter une poussée patriotique dans sa population avant les législatives de septembre.

Les Occidentaux soutiennent l'Ukraine

Les alliés occidentaux de l'Ukraine ont affiché leur soutien à cette ex-république soviétique, qui ambitionne depuis l'arrivée au pouvoir de pro-occidentaux en 2014 d'intégrer l'Otan et l'Union européenne. Les Etats-Unis et les Européens ont averti Moscou contre toute attaque, tandis que les forces américaines en Europe ont renforcé leur niveau d'alerte.

Dernier signe de soutien en date, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé mardi la Russie à renoncer à son renforcement militaire "injustifié" aux frontières de l'Ukraine. L'Ukraine exhorte cependant les Occidentaux à lui fournir un soutien "pratique" au-delà des mots. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a ainsi appelé à accélérer l'adhésion de son pays à l'Otan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.