À Varsovie, l'accueil des réfugiés ukrainiens s'organise : "Qui peut dire ce que sera la Pologne dans une semaine ou deux"

Plus de 450 000 Ukrainiens qui fuient la guerre ont trouvé refuge en Pologne. Certains ne font que transiter par Varsovie, d'autres espèrent pouvoir rester le temps des combats. Les Polonais se mobilisent pour leur venir en aide. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des enfants ukrainiens piochent parmi les dons de Polonais, devant la gare routière de Varsovie, le 2 mars 2022.  (PATRYK NOGAL / FRANCE INFO)

Sylvia et Monica naviguent avec un grand sourire entre les groupes de voyageurs un peu hagards. Elles transportent sur un plateau des portions de soupe bien chaude. "On a cuisiné ça à six heures ce matin", indique Sylvia. "Cent litres de soupe qu'on vient distribuer gratuitement." Elles ont roulé 40 kilomètres mardi 2 mars avec son amie pour venir à la gare routière de Varsovie. "Nous ne pouvions pas rester chez nous à ne rien faire alors que la guerre est là, juste en face. Qui peut dire ce que sera la Pologne dans une semaine ou deux. Peut-être que ce sera nous qui aurons bientôt besoin de soupe ?" Des dizaines de bénévoles distribuent de quoi nourrir les familles ukrainiennes parties précipitamment.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

Sylvia et Monica distribuant les soupes, devant la gare routière de Varsovie, le 2 mars 2022.  (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

Selon un recensement du Haut Commissariat de l'ONU, sept jours après l'invasion russe en Ukraine, 453 982 Ukrainiens ont trouvé refuge en Pologne, le pays voisin d’où ils repartent parfois, vers d’autres destinations européennes. Beaucoup ne font que passer par Varsovie. La gare routière de la capitale polonaise est devenue depuis plusieurs jours un point de transit majeur. Lessia attrape en passant deux sandwichs pour ses jeunes enfants avant de courir attraper un nouveau bus. "On est tellement reconnaissants pour toute cette aide de la part des Polonais." Le voyage a été long. D'abord la Roumanie, puis Budapest, en Hongrie. Et maintenant, direction une petite ville au sud de Varsovie, où elle espère être hébergée quelque temps.

"On restera le temps de la guerre. Mes enfants ont eu trop peur des bombardements aériens en Ukraine. Aujourd'hui encore, maintenant qu'on est en Pologne, ils tremblent au passage de n'importe quel avion civil."

Lessia, une réfugiée ukrainienne

à franceinfo

Partout, des montagnes de valises et dans une grande salle d'attente, la télévision qui diffuse les images de villes en feu. Arturo regarde d'un œil, lui est Polonais, mais il explique qu'il envisage d'aller se battre en Ukraine. "Je vais voir comment ça tourne", dit-il, craignant que l'agression russe ne traverse de toute façon la frontière. À l'étage, dans le tout petit hôtel de la gare routière, se trouvent une majorité de femmes et d'enfants. "Nos maris sont restés en Ukraine garder la maison et nos affaires", assure Ioulia qui vivait jusqu'ici à Kiev. Elle part jeudi pour l'Italie avec ses filles qui tentent de sourire. Quelqu'un leur a offert un puzzle. Leur maman fond en larmes en pensant qu'elles ne rentreront pas chez elles avant des semaines.

Guerre en Ukraine : à Varsovie, l'accueil des réfugiés ukrainiens s'organise. Un reportage d'Agathe Mahuet.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.