Les Grecs choqués par les propositions du gouvernement

Les mesures proposées par Alexis Tsipras à l'UE suivent de près les recommandations des créanciers, auxquelles le peuple grec avait dit "non" lors du référendum du 5 juillet dernier.

FRANCE 2

"Non, c'est non", c'est le nouveau slogan affiché ce 10 juillet sur les banderoles des manifestants grecs, qui protestent contre les dernières propositions du gouvernement pour rester dans la zone euro. Pour eux, ces mesures sont toujours synonymes d'austérité. "Les privatisations, toutes les hausses de TVA, les coupes dans les pensions des retraités, tout ça c'est juste un nouveau plan de rigueur", estime une jeune femme au micro de France 2.

"Tsipras s'est moqué de nous"

Ces propositions, similaires à celles recommandées par les créanciers de la Grèce, ne conviennent pas à une population qui a majoritairement dit "non" aux mesures proposées par l'UE. "Sous la pression de tout le système européen, Tsipras n'a fait que reculer", estime un manifestant. Les salariés de la restauration sont ainsi très en colère face à l'idée d'une hausse de la TVA dans ce secteur. "Je me sens trahi, parce que selon moi Tsipras s'est moqué de nous, et il ne peut rien faire", s'insurge ainsi un cuisinier.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre de la Grèce, Alexis Tsipras, devant les drapeaux des pays de la zone euro, à Bruxelles (Belgique), le 7 juillet 2015.
Le Premier ministre de la Grèce, Alexis Tsipras, devant les drapeaux des pays de la zone euro, à Bruxelles (Belgique), le 7 juillet 2015. (JOHN THYS / AFP)