Législatives en Suède : le parti d'extrême droite devrait réaliser un score historique mais sans faire sauter "le cordon sanitaire"

L'extrême droite suédoise se dirige vers un score historique aux élections législatives du 9 septembre. Mais le politologue Jean-Yves Camus ne l'imagine pas prendre le pouvoir. 

Les élections législatives en Suède se tiendront le 9 septembre 2018. 
Les élections législatives en Suède se tiendront le 9 septembre 2018.  (HANNA FRANZEN/TT / TT NEWS AGENCY)

Les Démocrates de Suède (SD), une formation d'extrême droite, est créditée pour l'instant d'environ 20% des suffrages pour les élections législatives du 9 septembre, ce qui la placerait en deuxième ou troisième position."Je ne suis pas certain que le cordon sanitaire saute" face à un tel score historique, nuance sur franceinfo dimanche 26 août Jean-Yves Camus, directeur de l'Observatoire des radicalités politiques (Orap) à la fondation Jean-Jaurès, notamment car "cela coûterait à l'image de la Suède sur le plan international".

franceinfo : Est-ce que le SD est devenu un parti comme les autres ?

Jean-Yves Camus : Il est devenu un parti dont tout le monde s'accorde à dire qu'il a un programme radicalement différent des autres sur les questions liées à l'identité nationale, à l'Europe et à l'immigration. C'est ce qui fait son succès. C'est un parti eurosceptique, qui tient un langage très dur sur l'identité nationale en disant que l'intégration ne marche pas et il souhaite arrêter le flux de migrants qui, en Suède, a atteint depuis 2015 un peu plus de 300 000 personnes. Le SD estime que c'est une menace pour la cohésion nationale. C'est un langage qui détonne dans un univers politique assez polissé, où l'on commence à se poser des questions sur l'immigration et la meilleure manière d'intégrer ceux qui arrivent mais où les démocrates suédois sont les seuls à tenir une position qui se rapproche beaucoup de celle du Rassemblement national en France, bien qu'il n'existe pas de coopération entre les deux partis. C'était un parti néo-nazi à l'origine, quand le mouvement a été créé en 1988. Il s'est évidemment modifié au fil du temps, à partir du milieu des années 90, parce qu'il n'existe aucune place pour une formation néo-nazie qui veut véritablement peser sur le jeu politique.

Ce parti peut-il jouer et peser sur l'avenir de la Suède, en gouvernant avec un autre parti ou en soutenant un gouvernement ?

Je suis extrêmement sceptique. Il faut se rendre compte de ce que cela coûterait à l'image de la Suède sur le plan international. Je ne suis pas certain que le cordon sanitaire saute. Cependant, on peut aussi aller vers un Parlement totalement bloqué et un retour assez rapide aux urnes si le score des démocrates suédois est suffisamment élevé pour qu'il n'y ait aucune solution de gouvernement.

Dans beaucoup de pays européens, les partis d'extrême droite sont en pleine expansion. Est-ce seulement lié à la crise des migrants ?

Non, c'est lié à la question du multiculturalisme et de l'adaptation à la société globalisée. Il faut se reporter à la chronologie : quand le Front national envoie pour la première fois dix députés au Parlement européen, on est en 1984 ; quand la Ligue du Nord rentre pour la première fois dans le gouvernement Berlusconi, on est en 1994. D'autres mouvements similaires avaient déjà largement fait leur trou en Europe à l'époque. On est bien avant cet événement-là. La crise des migrants a été un accélérateur mais ça n'est absolument pas le point d'entrée. Le point d'entrée est lié au fait qu'une partie de la population européenne conteste que les sociétés puissent devenir multiculturelles. Ces personnes voient dans ce qui arrive un danger en termes sécuritaires et culturels pour leur propre sécurité, leurs repères, le monde qu'ils ont connu et le mode de sociabilité qu'ils ont connu. Ce n'est pas pour rien que, notamment en Scandinavie, les partis populistes de la droite radicale ont un discours sur la famille, le respect dû aux plus âgés, sur le fait que l'État doit prendre en charge les plus anciens. C'est une sorte de nativisme communautaire. Les électeurs des démocrates suédois voient donc tous ceux qui viennent de l'extérieur et ne sont effectivement pas de culture européenne comme des menaces existentielles pour leur nation et pour eux-mêmes.