Le Boeing du vol MH17 aurait été abattu par un avion de chasse ukrainien, selon les enquêteurs russes

Moscou affirme avoir des preuves de l'implication de Kiev dans le crash, qui a causé la mort de 298 personnes. Mais l'information reste à prendre avec précaution.

Des débris de la carlingue détruite du vol MH17 sont stocké dans un hangar abandonné à Grabovo, dans la région de Donetsk (Ukraine), le 6 décembre 2014.
Des débris de la carlingue détruite du vol MH17 sont stocké dans un hangar abandonné à Grabovo, dans la région de Donetsk (Ukraine), le 6 décembre 2014. ( RIA NOVOSTI / AFP)

Kiev serait responsable du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu au-dessus de l'est de l'Ukraine en juillet, selon les enquêteurs russes. Ils ont affirmé, mercredi 24 décembre, avoir obtenu des preuves de l'implication d'un avion de chasse ukrainien dans l'accident qui a causé la mort de 298 personnes.

"Les enquêteurs sont parvenus à entrer en contact hier soir avec un militaire ukrainien qui confirme avoir quitté de son plein gré son unité et est venu sur le territoire russe, écrit dans un communiqué le Comité d'enquête, structure chargée des principales investigations en Russie. Selon ce témoin, l'avion de ligne Boeing 777 du vol MH17 pourrait avoir été abattu le 17 juillet par un avion militaire Su-25 des forces armées ukrainiennes, piloté par le capitaine Volochine."

"L'avion s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment"

Le témoin aurait vu l'avion, armé de missiles air-air de type R-60, décoller d'une base aérienne où lui-même était stationné près de Dnipropetrovsk, dans l'est du pays. Au retour de l'appareil sur la base, "les missiles était absents". Le pilote aurait en outre déclaré que "l'avion s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment", selon l'ancien militaire ukrainien.

L'homme a été soumis à un détecteur de mensonges et pourrait être protégé par les services russes. La Russie a dit être prête à partager les éléments dont elle dispose avec les enquêteurs internationaux, qui ont conclu dans un premier rapport que le vol MH17 avait été perforé par des "projectiles à haute énergie", en septembre. Leurs conclusions finales sont attendues pour l'été 2015.