Cet article date de plus de dix ans.

Le président du Conseil italien a déclaré mercredi qu¿il ne se représentera pas en cas d¿élections anticipées.

La veille, Silvio Berlusconi a été contraint d"annoncer sa démission prochaine, après avoir perdu la majorité absolue à la Chambre des députés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Conseil italien Silvio Berlusconi lors du vote de confiance à son gouvernement, le 28 septembre 2010 (AFP/ANDREAS SOLARO)

La veille, Silvio Berlusconi a été contraint d"annoncer sa démission prochaine, après avoir perdu la majorité absolue à la Chambre des députés.

"Je ne me représenterai pas, et même, je me sens libéré", déclare mercredi le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi dans une interview exclusive au quotidien La Stampa. 75 ans, le Cavaliere a en tête le nom de celui qui pourrait lui succéder : Angelino Alfano, à qui Berlusconi a déjà confié le poste de secrétaire général du Parti du Peuple de la Liberté. "Maintenant c'est l'heure d'Alfano, ce sera lui notre candidat, il est vraiment bon, plus qu'on ne pourrait le penser et son leadership a été accepté par tous", dit Silvio Berlusconi.

Avant de se retirer de la tête du pays, Silvio Berlusconi explique à La Stampa vouloir mettre en œuvre les mesures promises à l"Union européenne pour endiguer la crise de la dette, qui menace la zone euro. "Avant, nous devons donner des réponses immédiates aux marchés. Nous ne pouvons plus attendre pour approuver les mesures décidées, je me suis engagé auprès de l'Europe et avant de partir, je veux tenir ma promesse", explique-t-il.

"Mais je lance un appel à tous, majorité et opposition, pour que ces mesures passent au plus vite et ensuite je démissionnerai", poursuit le président du Conseil. Ces mesures - cession d'actifs publics pour réduire la dette, libéralisation des professions réglementées, simplification des procédures administratives - vont faire l'objet d'un vote du Sénat d'ici au 18 novembre et de la Chambre des députés d'ici à la fin du mois.

M. Berlusconi a remporté mardi un vote test à la Chambre des députés, mais a perdu la majorité absolue ce qui l'a contraint à annoncer sa démission dans la soirée. Il remettra son mandat dès que le parlement aura adopté des mesures budgétaires et économiques promises à l'Union européenne. L"annonce du départ prochain de Berlusconi a réjoui les Bourses européennes mercredi : à l'ouverture, la Bourse de Paris affichait un gain de 0,85%, celle de Milan de 1,38%, Francfort de 1,42%, Londres de 0,83% et Madrid de 1,1%.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.