La presse à scandale, une institution au Royaume-Uni

Loïc de la Mornais revient sur le scandale qui éclabousse Lord John Sewel et sur la presse britannique en général.

FRANCE 2

John Sewel, Lord anglais et ancien ministre de Tony Blair, est dans la tourmente. Le journal The Sun a dévoilé des photos et vidéos de l'homme politique consommant de la cocaïne avec des prostituées.

La presse britannique a une réputation sulfureuse dans le monde. "On parle souvent de 'presse à scandale' ici au Royaume-Uni, de ces fameux tabloïds", reconnaît Loïc de la Mornais. "Il faut savoir que certes, c'est une presse à scandale, mais que quand ils décident d'enquêter sur quelque chose ou quelqu'un, ils y mettent les moyens : écoutes téléphoniques, déguisements... C'est du vrai journalisme d'investigation qui va très loin", poursuit le journaliste de France 2 depuis Londres.

Le mensonge est "très sévèrement jugé"

"Ici en Grande-Bretagne, le mensonge est très sévèrement jugé, sans doute plus qu'en France. Résultat : pour l'opinion publique, si vous vous retrouvez avec des images compromettantes au vu et au su de tout le monde, c'est que quelque part, vous l'avez cherché, bref, que vous l'avez mérité", conclut le reporter.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Chambre des lords, le 8 mai 2013, à Londres (Royaume-Uni). 
La Chambre des lords, le 8 mai 2013, à Londres (Royaume-Uni).  ( AFP )