Cet article date de plus de six ans.

LA PHOTO. La Macédoine continue sa révolution «en couleurs»

Depuis deux ans, la Macédoine traverse une grave crise politique. Le 12 avril 2016, le président Gjorge Ivanov a envenimé la situation en blanchissant par décret plus de cinquante politiciens qui faisaient face à des poursuites pénales. Depuis, chaque jour, les principaux partis d'opposition et des sympathisants armés de bombes de peinture descendent dans la rue.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : < 1 min.
Des milliers de Macédoniens exigent la démission du président Gjorge Ivanov. Et le retrait de l’amnistie de responsables politiques dont Nikola Gruevski, patron du parti au pouvoir en Macédoine (VMRO-DPMNE), impliqués dans le scandale de malversations et d'écoutes illégales de milliers de journalistes, politiques et responsables religieux. Ils réclament aussi le report des législatives du 5 juin, initialement destinées à sortir le pays du blocage politique. Mais Nikola Gruevski, fort d'une cote de confiance de plus de 30%, refuse de les reporter.  (AP Photo / Boris Grdanosk - Mai 2016)
A Skopje, des manifestants aspergent de couleur les bâtiments officiels. Des milliers de Macédoniens exigent la démission du président Gjorge Ivanov. Et le retrait de l’amnistie de responsables politiques dont Nikola Gruevski, patron du parti au pouvoir en Macédoine (VMRO-DPMNE), impliqués dans le scandale de malversations et d'écoutes illégales de milliers de journalistes, politiques et responsables religieux. Ils réclament aussi le report des législatives du 5 juin, initialement destinées à sortir le pays du blocage politique. Mais Nikola Gruevski, fort d'une cote de confiance de plus de 30%, refuse de les reporter. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.