Cet article date de plus de neuf ans.

La péninsule ibérique au centre des protestations contre l'austérité

Elles refusent les mesures d'austérité que leur gouvernement va renforcer et portent haut les couleurs du Portugal et de l'Espagne. Des milliers de personnes se sont réunies samedi dans la péninsule ibérique, notamment à Lisbonne et à Madrid, où un concert de casseroles s'est organisé. Des manifestations festives et culturelles, sur fond de protestation contre les mesures d'austérité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Sipa)

Ne pouvant respecter ses engagements de réduction du déficit public, le gouvernement portugais a récemment obtenu de la "troïka"  (UE-FMI-BCE) un allègement de ses objectifs contre de nouvelles mesures d'austérité. Des mesures mal accueillies par des milliers de personnes qui se sont réunies samedi pour protester. Comédiens, danseurs, musiciens ou encore chanteurs se sont donnés la main pour manifester dans une ambiance festive et culturelle.

"La culture est résistance"

À Lisbonne, un podium a été installé spécialement pour l'occasion sur la place d'Espagne, une des principales de la capitale. Mot d'ordre de la rencontre : "la culture est résistance, les artistes sont
dans la rue"
. Alors que des artistes ont pris place dans différentes villes du Portugal, le principal syndicat portugais, la CGTP, a organisé une marche de plusieurs milliers de sympathisans dans la capitale qui s'est achevée au Parlement, où le budget 2013 doit être présenté lundi.

"Le gouvernement ne tient plus que par un fil.
Plus vite nous le couperons, plus vite il s'effondrera" (A. carlos, CGTP)

Des banderoles dénonçaient les agissements de la troïka et du gouvernement tandis qu'on pouvait entendre ci et là "le Portugal en a assez d'être volé et
humilié"
.

L'appel des indignés à Madrid

Du côté espagnol, 2.000 personnes ont manifesté dans le centre de Madrid suite à l'appel des Indignés. Un véritable concert de casseroles, rythmé par les "nous ne devons rien à personne" ou "nous ne
paierons pas"
des protestataires. "L'idée, c'est de faire du bruit pour qu'ils nous
entendent, mais nous savons déjà que ces dirigeants n'ont pas d'oreilles pour
nous"
, explique une manifestante.

Hommes et femmes de tous âges ont ainsi défilé du siège de la représentation de l'Union européenne à la place de la Puerta del Sol, symbole du mouvement des Indignés. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.