Royaume-Uni : une vidéo expliquant les démarches pour les citoyens européens après le Brexit vivement critiquée

Dans cette vidéo, le ministère de l'Intérieur explique que tout citoyen européen vivant ou désirant s'installer au Royaume-Uni dès 2021 verra son identité, son lieu de résidence et son casier judiciaire vérifiés par les autorités britanniques. 

Des personnes manifestent contre le Brexit devant le Parlement britannique, le 10 décembre 2018 à Londres (Royaume-Uni). 
Des personnes manifestent contre le Brexit devant le Parlement britannique, le 10 décembre 2018 à Londres (Royaume-Uni).  (TOLGA AKMEN / AFP)

Un contenu qui ne passe pas. Une courte vidéo du ministère de l'Intérieur britannique, détaillant le processus d'enregistrement des citoyens européens résidant au Royaume-Uni après le Brexit, a provoqué de vives critiques et l'indignation de bon nombre d'internautes, après sa publication sur Twitter, jeudi 27 décembre. 

Dans cette vidéo de 43 secondes, le ministère de l'Intérieur explique que tout citoyen européen vivant ou désirant s'installer au Royaume-Uni après le 31 décembre 2020 verra son identité, son lieu de résidence et son casier judiciaire vérifiés par les autorités britanniques.

Les personnes ne disposant pas du statut de résident permanent au Royaume-Uni devront régler la somme de 65 livres (72 euros) lors de cet enregistrement. Cette procédure sera accessible à partir du 30 mars 2019, au lendemain de la date supposée du Brexit, et jusqu'au 30 juin 2021. "Nous faisons en sorte que ce processus soit le plus rapide et le plus facile d'utilisation possible", conclut le ministère. 

Un "ton menaçant" et des "frais injustes"

Le contenu a entraîné de vives critiques sur Twitter. "Et si le ministère de l'Intérieur remerciait tous les Européens qui s'occupent des malades, des aînés et des invalides au sein du NHS [le système de santé britannique] et d'autres services publics, plutôt que de prendre ce ton menaçant", a dénoncé le député travailliste Jonathan Ashworth.

"Nous estimons que se faire rappeler à Noël le 'besoin de faire une demande' pour rester dans le pays où nous habitons (...) sera mal reçu dans les foyers à travers le Royaume-Uni. Mauvais timing", a réagi de son côté l'association the3Million, qui défend les intérêts des Européens au Royaume-Uni.

"Les citoyens de l'UE sont les bienvenus ici, et il est anormal qu'ils doivent payer pour rester, a déclaré de son côté le maire de Londres, Sadiq Khan. "Le gouvernement devrait renoncer à ces frais injustes."

Le rédacteur en chef du magazine The Spectator, Fraser Nelson, a quant à lui condamné une vidéo "horrible" au "ton sinistre", faisant "allusion à la déportation". "Espérons que ce tweet est la dernière erreur de ce type", a-t-il écrit.

Joint par l'AFP, le ministère de l'Intérieur s'est justifié en soulignant qu'il était "vital que les citoyens de l'UE et les membres de leur famille sachent quoi faire" lorsque la procédure entrera en vigueur, en mars 2019. "Les citoyens de l'UE apportent une contribution considérable à notre économie et à notre société et nous voulons qu'ils restent", a affirmé un porte-parole du ministère.