Theresa May a désormais le feu vert sur son projet de Brexit

Le Première ministre du Royaume-Uni doit maintenant convaincre le Parlement d’accepter cet accord qui prévoit le maintien d’une union douanière entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Les Européennes sont eux satisfaits. 

France 2

"C’est clairement un soulagement ce matin dans les couloirs de la Commission européenne. Michel Barnier, le négociateur en chef, s’est empressé de saluer une étape décisive dans le processus", raconte en direct le correspondant à Bruxelles, Valéry Lerouge.

"Michel Barnier a également dévoilé le fameux document de 585 pages qui organise le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, qui prévoit le maintien du Royaume-Uni dans l’union douanière durant la période transition qui pourra aller jusqu’à fin 2020, période reconductible une fois sans précision de durée", détaille le journaliste.

Un Brexit soft

"Cela signifie que économiquement, cela sera un Brexit soft. Avec des contreparties importantes pour le Royaume-Uni qui n’aura plus droit de vote mais qui devra se conformer aux normes sociales, européennes, fiscales également et qui ne pourra plus négocier ou signer un accord commercial avec les Etats-Unis ou la Chine comme il l'entendait", explique Valéry Lerouge.

Ces mesures "font déjà hurler les partisans d’un Brexit dur et ils promettent de batailler pour la prochaine étape : faire voter ce texte par le Parlement britannique", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Première ministre britannique, Theresa May, le 14 novembre 2018 à Londres.
La Première ministre britannique, Theresa May, le 14 novembre 2018 à Londres. (ALBERTO PEZZALI / NURPHOTO / AFP)