Le Royaume-Uni va privilégier l'immigration de travailleurs qualifiés après le Brexit

Le gouvernement entend notamment attribuer des points aux candidats à l'immigration qui travaillent dans des secteurs où il y a une pénurie de main d'œuvre au Royaume-Uni. 

Les douanes à l\'aéroport d\'Heathrow, à Londres (Royaume-Uni), le 4 juin 2014.
Les douanes à l'aéroport d'Heathrow, à Londres (Royaume-Uni), le 4 juin 2014. (NEIL HALL / REUTERS)

Après le Brexit, quelle politique d'immigration au Royaume-Uni ? Le gouvernement britannique a indiqué, dimanche 16 février, qu'il allait privilégier l'immigration de travailleurs qualifiés, après la sortie du pays de l'Union européenne, prévue à l'issue d'une période de transition, le 31 décembre prochain. 

"Notre nouveau système d'immigration va fermer le robinet de la main d'œuvre étrangère peu qualifiée", écrit la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, dans une tribune publiée dimanche par le journal britannique The Sun (lien en anglais). Les travailleurs qualifiés devront, pour obtenir un visa de travail au Royaume-Uni, disposer d'une offre d'emploi et répondre à des critères linguistiques.

Le gouvernement entend aussi attribuer des points aux candidats à l'immigration travaillant dans des secteurs où il y a une pénurie de main d'œuvre au Royaume-Uni. "A partir de l'an prochain, tous les travailleurs qualifiés devront disposer de suffisamment de points pour travailler au Royaume-Uni. Ils devront parler anglais, disposer d'une offre d'emploi ferme et satisfaire aux exigences salariales", précise Priti Patel dans cette tribune. 

Un impact négatif pour les services publics ? 

Des membres de l'opposition estiment toutefois que des restrictions en matière d'immigration pourraient nuire aux services publics, notamment aux services de santé, alors que certains secteurs dépendent de citoyens de pays de l'UE.

Le Royaume-Uni a quitté formellement l'Union européenne le mois dernier, mais reste soumis jusqu'au 31 décembre aux règlements du bloc communautaire. Les citoyens de l'UE peuvent se déplacer et travailler librement dans les Etats membres. Certains Britanniques ont voté en 2016 en faveur de la sortie de l'Union européenne, dans l'espoir que le Brexit contribue à diminuer le nombre de ressortissants étrangers arrivant dans le pays.