Cet article date de plus de cinq ans.

Brexit : l'Ecosse et l'Irlande du Nord voulaient rester dans l'Union européenne

Dans ces deux régions du Royaume-Uni, la décision de quitter l'Union européenne entraîne d'importantes conséquences politiques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, à Glasgow, jeudi 23 juin 2016.  (CLODAGH KILCOYNE / REUTERS)

Les Britanniques ont décidé de quitter l'Union européenne. Enfin, 51,9% d'entre eux. Car si les partisans du Brexit l'ont emporté, le royaume ne s'est pas réveillé franchement uni, vendredi 24 juin. Car le camp du "Remain" l'a très largement emporté en Ecosse ainsi qu'en Irlande du Nord, qui seront donc contraintes de sortir de l'UE, entraînées par leurs voisins anglais et gallois. 

Ce vote – un désaveu pour la construction européenne ainsi que pour le Premier ministre conservateur David Cameron, qui a d'ailleurs annoncé sa démission – ouvre une ère d'incertitude sans précédent depuis des décennies pour le Royaume-Uni. Si bien qu'il pourrait rebattre les cartes d'un Royaume-Uni désormais divisé.

L'Ecosse s'interroge sur son indépendance

L'Ecosse s'est prononcée pour le maintien à 62%. Si dans le Moray, une circonscription du Nord-Est de l'Ecosse, le résultat s'est révélé très serré en faveur du "Remain" (50,1% contre 49,9%), plusieurs circonscriptions écossaises ont voté à plus de 60% pour rester dans l'Union européenne. A Edimbourg, ainsi que dans l'East Renfrewshire, dans le sud-ouest de l'Ecosse, les partisans de l'Union européenne ont même atteint les 74%. 

Europhile, l'Ecosse pourrait donc envisager une nouvelle fois d'organiser un référendum pour réclamer son indépendance. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a ainsi déclaré vendredi que la région "voit son avenir au sein de l'Union européenne". L'option d'un deuxième référendum est "sur la table", a-t-elle déclaré.

Vers une réunification en Irlande ?

L'Irlande du Nord a voté à 55,8% pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Le Sinn Fein défavorable au Brexit, a ainsi appelé à un référendum sur une Irlande unifiée. Et pour cause, une frontière va à nouveau séparer le nord et le sud de l'île. Et cette démarcation ravive un conflit qui a duré pendant 30 ans : les unionistes (protestants) ont plutôt voté pour le départ, tandis que les nationalistes (catholiques) ont choisi de rester proches de leurs voisins du sud. L'Union européenne a d'ailleurs joué un rôle "un rôle capital dans l’apaisement des tensions, en développant un programme spécifique, baptisé Peace", rappelle Le Monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Brexit

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.