"Certains ont vraiment peur de ne pas pouvoir rester en France" : en Dordogne, les Britanniques expatriés se mettent en règle avant le Brexit

Les 8 000 Britanniques expatriés dans le Périgord voient le Brexit s’avancer à grands pas. Un millier de cartes de séjour a déjà été distribué dans le département, mais pour répondre à toutes les demandes dans les temps, la préfecture a mis en place un bureau dédié à l'accompagnement des Britanniques dans leurs démarches.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Préfecture de Périgueux (Dordogne) a mis en place un bureau dédié à l'accompagnement des Britanniques dans leur démarche, le 15 décembre 2020. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

Il y a des symboles qui ne trompent pas. Sur la table, deux passeports, deux générations : celui de la mère et de la fille, Jaya. "Dans les anciens passeports, c'est écrit 'European union', et moi j'ai fait renouveler mon passeport, ce n'est pas écrit dessus", regrette la jeune femme.

Nouvelle étape du Brexit, ce divorce entre leurs deux pays : la demande de titre de séjour à la préfecture de Périgueux (Dordogne). Car d'ici quelques mois, les Britanniques devront s'en munir s'ils veulent continuer à vivre en France, comme n’importe quel ressortissant extra-européen. Un déchirement pour elle : "Pour moi je suis Européenne, je ne suis ni Anglaise, ni Française, et d'avoir ce genre de séparation, ça change quelque chose pour moi." Émouvant également pour Emilie qui s’occupe de leur dossier. "C'est ce genre de témoignage qui nous touche parce qu'on est Français mais on est Européen", confie-t-elle.

La Préfecture de Périgueux (Dordogne) a mis en place un bureau dédié à l'accompagnement des Britanniques dans leur démarche, le 15 décembre 2020. (BORIS LOUMAGNE / RADIO FRANCE)

Des démarches facilitées mais des interrogations

Quelques questions pour vérifier les informations pré-remplies en ligne, une prise d'empreinte et la carte de séjour sera envoyée par La Poste. Ici, tout est fait pour faciliter la tâche des Britanniques périgourdins, comme Suzanne. "C'était très facile, très rapide, se félicite-t-elle. J'avais peur avant, parce que c'est quelque chose de diplomatique si vous voulez, mais on n'a pas le choix." Et Suzanne se pose beaucoup de questions ces dernières semaines, notamment pour ses enfants qui vivent en Angleterre. Vont-ils pouvoir venir la voir aussi facilement qu'avant ? "Parce qu'il faut peut-être un papier ou autre chose, s'ils veulent rester plus longtemps... Je ne sais pas", se demande-t-elle.

Il faut rassurer ces Périgourdins britanniques : "Certains ont vraiment peur de ne pas pouvoir rester en France, de devoir repartir au Royaume-Uni alors qu'ils vivaient en France depuis des années, affirme Caroline Barjou, responsable du pôle Brexit à la préfecture. D'autres, ça va être parce qu'ils perçoivent une pension de retraite au Royaume-Uni et qu'il leur faut le titre de séjour pour continuer à percevoir cette pension. Il y a plusieurs situations mais c'est vrai qu'ils arrivent ici très stressés et qu'ils repartent relativement sereins."

Les Britanniques résidant en France ont jusqu'au 30 juin 2021 pour demander leur titre de séjour.

En Dordogne, les Britanniques expatriés se mettent en règle avant le Brexit - Reportage de Boris Loumagne
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.