Brexit : l'eurodéputé Nigel Farage favorable à un deuxième référendum

Sur le plateau de "Channel 5" jeudi, l'ancien leader du parti europhobe Ukip estime que ce nouveau scrutin ferait taire définitivement les opposants.

L\'ancien leader du Ukip, Nigel Farage, le 3 juin 2016 à Londres (Royaume-Uni).
L'ancien leader du Ukip, Nigel Farage, le 3 juin 2016 à Londres (Royaume-Uni). (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Tellement surpris parce qu'il venait d'entendre, le présentateur de Channel 5 (lien en anglais) n'a pas pu s'empêcher de s'affaler sur son bureau. La séquence a eu lieu jeudi 11 janvier, sur le plateau de la chaîne de télévision anglaise. "Un deuxième référendum sur quoi ?", lance le journaliste à Nigel Farage, son invité. Réponse du tac au tac : "Sur l’appartenance à l’Union européenne, bien sûr." 

La proposition a en effet de quoi surprendre tant l'ancien leader du parti europhobe Ukip avait fait campagne campagne pour le Brexit en juin 2016. Selon l'eurodéputé britannique, ce second référendum sur la sortie de l'UE servirait à faire taire définitivement les opposants au retrait.

Les pro-Européens tels que l'ancien Premier ministre Tony Blair "ne renonceront jamais, jamais, jamais, a-t-il expliqué. Ils continueront à se plaindre et pleurnicher et gémir tout au long du processus", a-t-il ajouté.

J'en arrive au point de penser que peut-être, vraiment peut-être, nous pourrions avoir un deuxième référendum sur l'appartenance à l'UE. (...) Cela mettrait fin une fois pour toute au problème pour une génération.Nigel Faragesur Channel 5

A l'époque, en juin 2016, le référendum s'était soldé par la victoire des partisans du retrait, à 52% contre 48%. Tony Blair, le Parti libéral-démocrate et d'autres politiciens pro-UE de l'opposition ont appelé à la tenue d'un deuxième scrutin. Ils mettent en avant le fait que les Britanniques n'avaient pas connaissance, au moment du vote, de toutes les implications d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE. Cette éventualité a été exclue par la Première ministre Theresa May.