Brexit : Boris Johnson refuse de demander un nouveau report de la date de sortie

"Nous devons sortir de l'UE le 31 octobre", a-t-il martelé, au lendemain du vote d'une proposition de loi qui l'oblige à demander à Bruxelles un report de trois mois du Brexit.

Boris Johnson s\'exprime lors d\'une visite d\'un centre de formation de la police du West Yorkshire, le 5 septembre 2019, au Royaume-Uni.
Boris Johnson s'exprime lors d'une visite d'un centre de formation de la police du West Yorkshire, le 5 septembre 2019, au Royaume-Uni. (DANNY LAWSON / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Plutôt mourir." Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a promis, jeudi 5 septembre, de ne pas demander à l'Union européenne un nouveau report du Brexit, actuellement prévu le 31 octobre. "Cela ne sert strictement à rien", a-t-il affirmé, face à la presse, malgré le vote, la veille, d'une proposition de loi qui l'oblige à demander à Bruxelles un nouveau délai de trois mois. Il a répété son intention d'organiser des élections législatives d'ici la mi-octobre. Suivez les dernières avancées (et reculades) du dossier dans notre direct.

Le texte anti-"no deal" examiné par la Chambre des lords. Le texte voté mercredi soir, censé empêcher un "no deal", doit encore être examiné par la Chambre des lords – une étape qui devrait être atteinte vendredi soir. Selon les travaillistes, le gouvernement se serait engagé à ne pas ralentir les débats afin que la chambre haute puisse statuer avant la suspension du Parlement, qui intervient à partir du 9 septembre.

Un nouveau vote sur des élections anticipées. Une fois ce texte adopté (contre la volonté de Boris Johnson), le Premier ministre espère pouvoir convoquer des élections anticipées. Un nouveau vote en ce sens sera organisé lundi. Pour être validée, la tenue de nouvelles élections doit recueillir deux tiers des voix à la Chambre des communes. Un premier vote mercredi soir n'a pas permis d'atteindre ce seuil, les travaillistes préférant attendre que le projet de loi anti-"no deal" soit définitivement approuvé avant de se prononcer.

Boris Johnson lâché par son frère. Jo Johnson, frère du Premier ministre, a annoncé sa démission du gouvernement, jeudi. "Ces dernières semaines, j'ai été tiraillé entre la loyauté familiale et l'intérêt national. C'est une tension insoluble et il est temps pour d'autres d'assumer mes rôles de député et de membre du gouvernement", a tweeté Jo Johnson, favorable à un deuxième référendum sur le Brexit, alors que son frère veut une sortie de l'UE au plus vite. Il occupait le poste de secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BREXIT

20h19 : Il est 20 heures, voici les titres :

Un nouveau vote aura lieu lundi, au Parlement britannique, sur la tenue d'élections anticipées. Boris Johnson a une nouvelle fois balayé l'idée d'un report du Brexit : "Plutôt être mort au fond d'un fossé !"

La compagnie aérienne française Aigle Azur, en redressement judiciaire, annule tous ses vols à partir de demain soir.




L'homme de 22 ans qui a reconnu avoir mis volontairement le feu à un immeuble HLM de Schiltigheim (Bas-Rhin) a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Le gouvernement tient des consultations avec les partenaires sociaux pour mettre en place une méthode et un calendrier pour la réforme des retraites. Encore faut-il que les partenaires sociaux et l'exécutif arrivent à s'entendre, tant les points de discorde sont nombreux. Franceinfo les a listés.

18h38 : En vertu de la loi votée hier par le Parlement, Boris Johnson doit, en cas d'absence d'accord sur la sortie de l'UE d'ici au 19 octobre, demander une nouvelle extension du Brexit. Va-t-il le faire ? Sa réponse est claire. "Je préfère être retrouvé mort au fond d'un trou".

19h03 : "Les gens ne sont pas d'accord sur la question de l'UE, mais pour unir le pays, il faut aller au bout [de la démarche de sortie de l'UE]. Plus long ce sera, plus le pays sera divisé."

En direct du Yorkshire de l'ouest, où il est en déplacement, Boris Johnson est interrogé sur le départ de son frère, qui a annoncé ce midi sa démission du poste de secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur.

18h00 : Il est 18 heures, voici les titres :

Un nouveau vote aura lieu lundi, au Parlement britannique, sur la tenue d'élections anticipées. Boris Johnson espère se donner une nouvelle majorité afin d'essayer de résoudre la crise politique.

Le gouvernement tient des consultations avec les partenaires sociaux pour mettre en place une méthode et un calendrier pour la réforme des retraites. Encore faut-il que les partenaires sociaux et l'exécutif arrivent à s'entendre, tant les points de discorde sont nombreux. Franceinfo les a listés.

Un homme de 73 ans, atteint de la maladie d'Alzheimer, a été trouvé, deux semaines après sa mort dans un hôpital de Marseille où il s'était rendu pour une séance de chimiothérapie. Franceinfo répond aux questions qui se posent après ce drame.

• Les juges d'instruction chargés de l'enquête sur le crash du Rio-Paris en 2009 ont ordonné un non-lieu général pour le constructeur Airbus et pour Air France.

17h18 : Le Parlement britannique n'est pas encore suspendu. Il doit l'être à partir de lundi 9 septembre en fin de journée. Les élus pourront donc voter lundi sur la tenue d'élections anticipées.

17h17 : Le parlement ayant été suspendu comment un vote peut-il avoir lieu ?

14h33 : Vous êtes nombreux à nous interroger sur ce qui va se passer désormais, dans le dossier du Brexit. Je vous remercie pour votre intérêt et vos questions, mais il est simplement impossible de prévoir ce qui va arriver. Nouveau report ? Elections anticipées ? Brexit sans accord, malgré le vote contraire des députés ? Brexit avec accord, si finalement l'UE et Londres renégocient ? On ne peut rien prévoir.

14h13 : Le Premier ministre, Boris Johnson, réclame la tenue d'élections le 15 octobre, mais cette demande, qui doit recueillir une majorité des deux tiers pour être approuvée, a été nettement rejetée par les députés hier. Le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, a répété qu'il accéderait à cette demande dès que la loi visant à empêcher un Brexit sans accord aurait été définitivement adoptée (par la Chambre des lords, vendredi).

13h57 : Le Parlement britannique débattra et votera à nouveau lundi sur la tenue d'élections anticipées, annonce le gouvernement.

13h03 : La journaliste politique de la BBC Laura Kuenssberg s'étonne elle du moment choisi par Jo Johnson pour annoncer sa démission. Les divergences d'opinion entre lui et son frère le Premier ministre au sujet du Brexit sont bien connues, depuis longtemps. Pour elle, c'est le signe de sa colère après "la purge chez ses collègues". Une vingtaine de députés conservateurs ont été exclus du parti pour avoir voté contre le projet de Brexit de Boris Johnson.

13h02 : La démission de Jo Johnson, frère du Premier ministre britannique Boris Johnson, inspire une petite plaisanterie à la députée travailliste Theresa Griffin. "Serait-ce le premier cas de politicien qui démissionne pour passer moins de temps avec sa famille ?", demande-t-elle, sur Twitter.

12h43 : Jo Johnson pourrait aussi laisser son siège au Parlement. Le frère du Premier ministre dit être "déchiré entre la loyauté à sa famille et l'intérêt du pays".

12h40 : Jo Johnson, le frère du Premier ministre britannique Boris Johnson, démissionne de son poste de secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur au gouvernement.

12h18 : A midi, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Les juges d'instruction chargés de l'enquête sur le crash du Rio-Paris en 2009 ont ordonné un non-lieu général pour le constructeur Airbus et pour Air France.

• La justice autorise le coq Maurice à continuer de chanter sur l'île d'Oléron. Depuis des mois, un conflit opposait un couple, résident secondaire à Saint-Pierre-d'Oléron, à la propriétaire du gallinacé, leur voisine. Ils se plaignaient des nuisances sonores causées par le chant de Maurice.

• Le prix moyen du logement a officiellement dépassé les 10 000 euros/m2 cet été à Paris, selon le bilan trimestriel des notaires.

"Et un, et deux, et trois-zéro !" Troisième revers en 24 heures pour le Premier ministre. Les députés britanniques ont bloqué hier une sortie de l'UE sans accord et ont refusé des élections anticipées, proposées par Boris Johnson.

09h32 : "En temps normal, un Premier ministre aurait jeté l'éponge directement, pas lui."

Philip Turle analyse sur franceinfo la double défaite de Boris Johnson face aux députés britanniques. "De mémoire, je n'ai jamais connu une chose pareille", assure le journaliste britannique. "Les Britanniques sont fatigués du Brexit, il y a un écœurement de cette situation qui perdure depuis plus de trois ans. On ne voit pas d'issue, on ne voit pas de sortie et c'est sans fin."

09h01 : A 9 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Le prix du logement a officiellement dépassé les 10 000 euros/m2 cet été à Paris, selon le bilan trimestriel des notaires.

"Et un, et deux, et trois-zéro !" Troisième revers en 24 heures pour le Premier ministre. Les députés britanniques ont bloqué hier une sortie de l'UE sans accord et ont refusé des élections anticipées, proposées par Boris Johnson.

Au moins 70 000 personnes ont besoin d'une aide immédiate après le passage de l'ouragan Dorian aux Bahamas, alerte l'ONU. Le bilan est passé à 20 morts aux Bahamas. L'ouragan, qui se dirige vers les côtes américaines, a été relevé en catégorie 3, avec des vents à 185 km/h.

Gaël Monfils a cédé sous les coups du colossal Matteo Berrettini, cette nuit en quarts de finale de l'US Open. Le Français a perdu en cinq sets (3-6, 6-3, 6-2, 3-6, 7-6).

08h09 : Bonjour @Pascal B. Le vote d'hier à la Chambre des communes n'oblige en rien l'Europe à accepter un accord avant le 31 octobre, mais le texte prévoit de demander à l'UE un report du Brexit en cas d'absence d'accord, comme nous vous l'expliquons dans cet article. Mais la décision d'accorder ou non un délai supplémentaire devra être prise à l'unanimité par les 27 autres Etats membres de l'Union européenne, donc un "no deal" est théoriquement toujours envisageable.

08h09 : Pouvez-vous nous expliquez en quoi le vote d’hier oblige l’Europe à un accord avant le 31 octobre ? Ou pourquoi le no-deal devient impossible sans nouvel accord ? Merci.

08h12 : Boris Johnson peut-il se sortir de cette impasse politique ? "Il n'a pas encore perdu, la politique britannique est devenue extrêmement volatile et les travaillistes sont très divisés", estime dans Le Monde Anand Menon, professeur de politique européenne au King’s College. Le Premier ministre peut laisser le texte demandant un nouveau report du Brexit aller jusqu'au bout avant d'espérer obtenir le soutien des travaillistes pour sa motion de dissolution du Parlement.

08h12 : Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des communes et échoué à convoquer des élections anticipées hier, Boris Johnson a accepté ce matin de ne pas faire d'obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit. Le gouvernement Johnson s'est "engagé" à laisser ce texte "suivre toutes les étapes en cours" à la Chambre des lords. L'opposition à un Brexit sans accord redoutait jusqu'alors que les alliés du Premier ministre tentent de ralentir l'avancée du texte, en faisant traîner les débats.

08h03 : Un petit tour de l'autre côté de la Manche. "Johnson acculé après une triple défaite à la Chambre des communes", estime The Guardian. "ll ne peut tout simplement pas gagner", ajoute Metro."'L'hypocrite' Corbyn rejette les élections pour sortir de l'impasse", juge de con côté The Daily Telegraph.





08h02 : Il est l'heure de notre traditionnelle revue de presse. Le Figaro divise sa une pour faire une place d'un côté à Boris Johnson "mis en échec au Parlement", et pour évoquer d'autre part le dossier des retraites. "Edouard Philippe lance ce jeudi un deuxième round de consultations en recevant les partenaires sociaux", rappelle le quotidien.